Partager

Le camp Para de Djikroni a abrité, le lundi 3 octobre, le lancement de l’exercice ‘’Flintlock 2009’’. Objectif : acquérir des connaissances pratiques dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, le trafic illicite de drogue, d’armes légères et du grand banditisme. La cérémonie d’ouverture était présidée par le ministre de la Sécurité et de la Protection Civile, le général Sadio Gassama, en présence Mme l’Ambassadrice des Etats-Unis, S.E Gillian Milovanovic.

Flintlock 2009, comme l’a souligné le chef d’Etat major général des armées, le général Gabriel Podiougou, dans son discours d’ouverture, est le couronnement d’un long processus entrepris par les pays de la bande sahélo-saharienne avec l’appui de leur partenaire américain afin de conjuguer leurs efforts pour mieux faire face aux grands défis des temps modernes que sont le terrorisme, le trafic de drogue, d’armes légères et le grand banditisme transfrontalier.

Certains pays européens, selon lui, se sont engagés à soutenir l’initiative. Il s’agit des Pays-Bas, de l’Allemagne, de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Espagne. Pour conclure, le général Gabriel Poudiougou a déclaré que «l’organisation de l’exercice FlintLock 2009 au Mali est l’émanation même des bons rapports entre notre pays et les Etats-Unis». Il a donc saisi l’occasion pour remercier et exprimer la reconnaissance du gouvernement malien aux forces armées américaines.

Pour sa part, l’Ambassadrice des Etats-Unis, Gillian Milovanovic, a déclaré que «notre coopération en matière de sécurité s’étend également à la formation pour diverses exigences militaires, y compris la capacité de réaction en cas de catastrophe ou d’urgence médicale. Plus tôt cette année, le gouvernement des Etats-Unis fut fier d’être partenaire dans, ‘’MEDFLAG 2008’’ qui a aidé à améliorer la capacité et l’inter-opérabilité des forces américaines et maliennes. Il s’agissait de fournir aux participants une formation pour perfectionner leurs capacités de réaction à une crise médicale».

Le présent exercice, qui a débuté le 28 octobre pour terminer le 20 novembre 2008, a son poste de commandement à Rota en Espagne et comprend des activités décentralisées au Maroc, au Mali et au Burkina Faso. Au total, 260 participants prennent part à l’exercice. Celui-ci comporte deux phases.

La phase académique, qui se déroule à Rota concerne la formation de la Cellule Multinationale de Coordination. La deuxième phase est celle au cours de laquelle les régiments parachutistes du Mali, du Maroc et du Sénégal et le corps de soutien du Burkina reçoivent une formation tactique en vue de leur déploiement sur le terrain. Il s’agit des sauts opérationnels pour les parachutistes et des exercices de ravitaillement par le corps de soutien du Burkina Faso.

Du 3 au 20 octobre, les parachutistes maliens, avec leurs compagnons d’armes du Sénégal et des Etats-Unis, vont donc effectuer des sauts opérationnels à Samanko, Kati, Sévaré, Tombouctou et Gao. En même temps, l’Armée de l’air avec les équipages américains entreprendra des vols de reconnaissance, de jour comme de nuit.

Pierre Fo’o MEDJO

05 Novembre 2008