Partager

Accueilli comme un fils prodige dans son Nioro natal, Tiébilé Dramé a procédé, le 8 avril, au lancement officiel de sa campagne dans cette ville sainte. Il a été adoubé par un collectif créé par les Niorois, toutes obédiences confondues, pour soutenir sa candidature. Reportage de notre envoyé spécial.

Tiébilé Dramé, candidat à l’élection présidentielle de ce 29 avril, a choisi son Nioro du Sahel natal pour le lancement de sa campagne. Répondant à cet appel, la population a réservé un accueil historique, à la dimension des enjeux de cette échéance. Le meeting organisé à cet effet le 8 avril 2007 a donné une grande satisfaction morale à la délégation du Parena, le parti dirigé par Tiébilé Dramé arrivé de Bamako ce même matin.

Dès 8 heures, la place publique de Nioro a été prise d’assaut par les militants du Parena et des manifestants d’un collectif créé par les Niorois, toutes obédiences confondues pour soutenir la candidature d’un des leurs, à savoir Tiébilé Dramé. « Il est notre sang, … il est notre sang…« , criait de toutes ses forces un homme au milieu de la foule. Des instants pathétiques resteront longtemps gravés dans les mémoires, vécus lors de ce jour de lancement de la campagne présidentielle du candidat Tiébilé Dramé.

Politique à tout point de vue, ce meeting est devenu une histoire de cœur, d’amour ou du moins d’amour propre. Les populations de Nioro s’étant, pour ainsi dire, appropriées les préoccupations de leur enfant. Tiébilé Dramé a procédé au lancement de sa campagne à Nioro pour, dit-il, se confier à Dieu, à ses pères, mères, frères et sœurs, aux femmes et aux hommes de Nioro, aux jeunes et aux vieux, aux chefs religieux qui sont les piliers de Nioro pour chercher leurs bénédictions et appuis, ainsi que le soutien de toute la population de Nioro.

« Le pouvoir appartient à Dieu qui le donne à celui qu’Il veut et peut le reprendre quand Il veut. Personne ne peut par sa propre force y accéder. Nous sommes venus à Nioro qui est une grande ville religieuse pour demander à toute la population de nous aider avec des bénédictions, des bonnes idées et des personnes. Je cherche le pouvoir pour construire le Mali, aider les pauvres, alléger leurs souffrances et faire avancer le Mali« . Tiébilé Dramé a remercié sa ville natale pour l’accueil triomphal qui lui a été réservé.

La place publique de Nioro au quartier Diaka (un des quartiers les plus populaires de la ville) débordait de monde. La dimension de la mobilisation avait rendu difficile l’accès du candidat à la loge officielle ainsi que les différentes interventions.

Seydou Djimdé, 1er vice président de la jeunesse du Parena n’a pas manqué de saisir cette opportunité pour s’adresser à ce public venu nombreux et donner le ton : « merci Nioro ! Merci de cette mobilisation exceptionnelle ! Merci de votre accueil ! Tiébilé se confie à vous, il n’ira pas à Koulouba sans vous, et j’en suis sûr, vous aller le porter à Koulouba« .

En chœur il a scandé avec le public : Tiébilé,…Koulouba,…un slogan qui rappelle celui spontanément scandé par les jeunes du Parena lors du dernier congrès du parti au Centre International de Conférences de Bamako.

Le président de la Fédération Parena de Nioro, Moussa Camara, a révélé l’existence du Collectif de soutien à Tiébilé Dramé. Ce collectif qui s’était très fortement mobilisé va aider autant qu’il le peut pour soutenir le fils de Nioro candidat à l’élection présidentielle.

Mme Bah Alima Bathily a souligné devant le candidat, les raisons de la mise en place de son Collectif de soutien. « Il s’agit pour nous de vous exprimer au nom du peuple malien en général et des populations de Nioro en particulier, notre reconnaissance pour l’amour que vous avez pour Nioro qui se manifeste à travers certaines réalisations et certains de vos actes« .

Mme Bah Alima Bathily les a énumérées à l’intention de Tiébilé Dramé : votre présence à tous les événements concernant Nioro, la réalisation du pont de Mali counda, l’appui en matériels de bureau pour les 17 collectivités territoriales de Nioro, la restauration de la paix et la cohésion sociale entre les communautés du Sahel, la réalisation des centres alpha, des centres de santé et de radio, la protection de l’environnement à travers le reboisement, l’installation des digues filtrantes et des cordons pierreux.

Autre motif : « votre engagement pour le Mali à travers votre brillant passage dans les département des affaires étrangères, des zones arides et semi-arides, et surtout votre fulgurant passage à l’Hémicycle ; l’organisation du sommet Afrique France qui a honoré tout le peuple malien. Malgré des tentatives de discrédit qu’on voulait porter à votre honneur, le Président Chirac vous a distingué de la médaille française. Ce geste a été une fierté pour toute la nation malienne« , a-t-elle martelé.

En outre cite-t-elle : « votre soutien moral à nos parents de l’extérieur, votre récente visite à Mont Fort sur Meu en est l’expression éloquente. Les membres du Collectif de soutien ont pris l’engagement de mettre tout en œuvre pour plébisciter le candidat dans son cercle natal, car pour nous Tiébilé Dramé, vous êtes heureux, de bonne humeur, aimable, souriant, et vous aidez les autres à le devenir ; vous êtes le bonheur pour Nioro et pour le Mali« .

C’est avec des larmes de joie aux yeux que le candidat Tiébilé Dramé a fini son discours à Nioro du Sahel. Homme d’Etat averti, Tiébilé est aussi un homme tout court. Merci Nioro, a-t-il répété plusieurs fois.

La vice-présidente du Parena Bintou Maiga a invité les militants à surpasser les scores passés, d’autant qu’en 1997, à la législative, alors que tout était mis en œuvre contre lui, Tiébilé Dramé a été élu dès le premier tour, et en 2002 à la présidentielle, il est arrivé en tête à Nioro.

Le doyen Sidi El Moctar Ould Cheick a, en arabe, invité ses frères à voter pour le candidat du Parena car a-t-il dit Tiébilé ne fait pas de différence entre les arabes, les touaregs, les bambaras, les soninkés, les dogons.

Boukary Daou

Envoyé spécial à Nioro du Sahel

10 avril 2007.