Partager

Le ‘’Stade du 26 mars’’ a abrité le samedi 13 juillet 2013, le lancement de la campagne présidentielle du candidat Cheick Modibo Diarra, Président du Rpdm. C’était un événement de taille marqué par une grande mobilisation des militants et sympathisants du parti venus des différentes localités du Mali et d’ailleurs.

Le représentant du Pacp, Aboubacar S Fomba a d’abord souligné que le Mali est «cassé» et seul Cheick Modibo Diarra peut le réparer et le transformer en un havre de paix. Il a aussi invité les militants et sympathisants du Rpdm afin qu’ils accordent leurs suffrages à l’ancien Premier ministre de la transition pour renvoyer l’ancienne classe politique à la retraite anticipée afin d’éviter que la crise perdure.

Aboubacar S Fomba n’a pas été tendre envers les politiques qu’il accuse d’être responsables du malaise économique que vivent les Maliens. «Il est temps de tourner la page de vingt ans de mauvaise gouvernance, de manque d’autorité, de corruption et d’injustice. La solution est Cheick Modibo Diarra qui, en 6 mois, a pu assurer le salaire des fonctionnaires maliens et au moment ou le Pays était au bord du gouffre», a lancé Aboubacar S Fomba.

Quant à Oumou Demba de l’Association des «Niamakala Dambé», elle a porté le message de soutien de tous les griots du Mali au candidat Cheick Modibo Diarra afin de remporter la bataille pour Koulouba.

Tour à tour, les représentants des femmes, des jeunes, des Associations et club de soutien ont mis à nu la gestion chaotique du pays par les politiciens. Ils ont invité les Maliens de tous les bords à se joindre à eux dans le combat du candidat du Rpdm, Cheick Modibo Diarra, pour le développement harmonieux du Mali.

A son tour, le candidat du Rpdm a expliqué ses motivations et ses ambitions pour le Mali. «Je ne cache pas que cela m’aurait plu d’être candidat, c’est vrai aussi que cela aurait capté l’attention. Mais ce n’est pas l’affaire du siècle. Je ne suis frustré de rien», dit-il sans animosité ni amertume. Il prévient cependant : «Si le peuple m’accordait sa confiance, Je ne lui promettrais ni la lune ni le paradis sur terre, je ne le tromperais jamais en jurant la main sur le cœur que je guérirais tous les maux de la société.

Ce que je promets par contre c’est de se rassembler pour remettre le pays sur les rails, le mettre au travail en tournant le dos à l’oisiveté et la quête effrénée de l’argent facile, mère de tous les vices. Ce que je promets sans hésiter c’est redonner à notre peuple la foi et la détermination, c’est offrir à notre jeunesse courage et espoir, c’est reconstruire un pays uni, prospère et développé, débarrassé du complexe de la honte et de l’humiliation. Je ne dirais que ce que je peux faire et je ferais tout ce que je dirai. Je ne vous mentirais pas, je ne vous trahirais pas.»

Nous vous proposons l’intégralité du discours du candidat du Rpdm au lancement de sa campagne, le samedi dernier au stade du 26 mars de Bamako.

Ibrahim M.GUEYE

15 Juillet 2013