Partager

Le parti au pouvoir en Afrique du Sud, l’ANC, a revendiqué jeudi une « solide » victoire aux élections législatives de la veille, à la suite desquelles les députés devraient sans surprise porter à la présidence du pays le tribun Jacob Zuma. « Nous nous attendons à une solide victoire », a déclaré à l’AFP le secrétaire général de l’ANC Gwede Mantashe. « Si nous obtenons la majorité des deux tiers, ce n’est que du bonus mais nous ne sommes pas obsédés par ces chiffres », a-t-il souligné. Ultramajoritaire depuis la chute de l’apartheid, l’ANC se trouvait largement en tête du scrutin avec plus de 64% des voix sur 5,5 millions de bulletins dépouillés à 10H00 GMT (près du quart des inscrits) sur un total de 23 millions d’inscrits, selon la Commission électorale. L’Alliance démocratique (DA, ex-opposition sous l’apartheid) disposait pour sa part de 18,5% des voix, suivie par le Congrès du Peuple (Cope, formé en décembre par des dissidents de l’ANC) avec 8%. L’ANC, qui jouit d’une forte légitimité hérité de son combat contre l’ancien régime ségrégationniste, certaine de décrocher un nouveau mandat de cinq ans et a invité ses supporteurs à une « fête post-électorale » en fin d’après-midi avec son leader Jacob Zuma. AFP