Partager

Autrefois leader sur le marché européen, son principal débouché, la filière ananas de Côte d’Ivoire traverse une crise profonde qui s’est traduite par une chute de 70% de sa production, et elle se trouve désormais supplantée par ses concurrents latino-américains. « Pour n’avoir pas su réagir face à la concurrence des pays d’Amérique latine, la Côte d’Ivoire est devenue aujourd’hui le deuxième fournisseur de l’Europe« , affirme à l’AFP Laurent Delangle, important planteur d’ananas installé à Aboisso (90 km à l’est d’Abidjan) et haut responsable de l’OCAB. « La part ivoirienne sur le marché européen est passée de plus de 80% en 1999 à moins de 10% aujourd’hui, loin derrière le Costa Rica (80% actuellement)« , déplore-t-il. Depuis 2002, l’ananas du Costa Rica issu de la nouvelle variété « MD2″, plus douce et moins acide, a séduit les consommateurs européens et fait subir « une impitoyable concurrence » aux ananas « Cayelle-lisse » de Côte d’Ivoire, selon un spécialiste de la filière. L’organisation de la filière ivoirienne, très dépendante des importateurs qui préfinançaient la récolte, a également contribué à la chute de la production. Afp)