Partager

L’Ambassadeur de France au Mali, Gilles Huberson a organisé le dimanche 14 juillet 2013 dans sa résidence une grande fête placée sous le signe de l’amitié Franco-malienne. A cette occasion, de nombreuses personnalités ont effectué le déplacement, telles que des ministres, des ambassadeurs, des hommes politiques, des hommes d’affaires, des présidents et directeurs généraux de grandes structures de la place. Les artistes et les journalistes de la presse nationale et internationale étaient aussi de la partie. La cérémonie était placée sous une forte sécurité des militaires maliens et français.

Pour l’Ambassadeur de France au Mali, ce 14 juillet est d’abord l’occasion de saluer l’extraordinaire travail accompli par les femmes et les hommes de l’opération Serval. Et pour cela, il s’est dit très fier d’accueillir une cinquantaine de soldats de l’opération et de saluer son commandant, le général de Saint Quentin. Il a aussi tenu à féliciter les militaires, qui ont fait preuve de courage et de détermination devant un ennemi fanatisé et à rendre hommage à ceux qui ont payé le prix du sang et à ceux qui ont été meurtris dans leur chair avec une pensée pour leurs proches. Ils ont perdu la vie dans un combat juste, un combat pour la liberté, un combat pour la tolérance, un combat pour la démocratie, a-t-il indiqué.

«Comme tous mes compatriotes, le 11 janvier, j’ai été fier d’être Français, car, la France a montré qu’elle était prête à engager son armée, loin de son territoire, pour aider un pays ami et pour repousser un ennemi barbare. La France a montré qu’elle était prête à risquer la vie de ses soldats pour permettre au Mali de recouvrer son intégrité territoriale » a-t-il déclaré.

Cette soirée était placée sous le signe du souvenir. Aussi, le souvenir de nos grands anciens, français et maliens, qui ont combattu durant les deux guerres mondiales pour que la France demeure un pays libre, a-t-il rappelé.

Quand en janvier dernier, une armée de terroristes a lancé l’offensive en direction de Bamako, le président Hollande a répondu à l’appel du président Traoré, la France a répondu à l’appel du Mali, a-t-il déclaré précisant que la France en agissant ainsi, s’est surtout souvenue des soldats maliens qui ont payé le prix du sang pour la libérer. En libérant Tombouctou, elle s’est souvenue de la libération de Strasbourg, en combattant dans les Adrars, elle s’est souvenue des durs combats de Montecassino, a fait constater le diplomate français.

Pour Gilles Huberson, la France s’est rappelée de ces Maliens qui, du chemin des Dames à la bataille de la Somme, de Bir Hakeim à la prise de Toulon, se sont brillamment illustrés. 80 000 maliens ont combattu durant les deux guerres mondiales. 17 000 y ont perdu la vie.

Ce qui fera dire à l’ambassadeur dans le but de magnifier les relations franco-maliennes que ces disparus n’ont pas été oubliés : » Nous ne les avons jamais oublié, et je voudrais ce soir leur rendre un hommage tout particulier. Certains d’entre eux sont là ce soir, parmi nous. Je les salue respectueusement » a-t-il soutenu.

Loin de lui la volonté d’idéaliser des temps coloniaux, qui, trop souvent, ont été marqués par la brutalité et l’injustice, Gilles Huberson dira que la France porte en elle cette histoire commune. Aux deux pays maintenant d’avancer d’un pas confiant, pour écrire ensemble le présent et l’avenir, a-t-il espéré.

«Ce 14 juillet 2013, nous célébrons aussi le renouveau »

L’ambassadeur de France au Mali a révélé dans son discours que ce 14 juillet est l’occasion de célébrer le renouveau du Mali, sa renaissance. En effet, dans deux semaines, les citoyens maliens iront voter pour élire l’homme ou la femme qui conduira le Mali sur le chemin de la sortie de crise. Une occasion pour le diplomate d’appeler à la responsabilité de chacun. Car, insiste-t-il, le pays est à reconstruire, et vous avez un rôle crucial à jouer. » Les problèmes ne sont pas qu’au Nord. Il y a, sur tout le territoire, une jeunesse malienne qui ne demande qu’à prendre son avenir en main. J’espère que cette jeunesse sera écoutée et saura écouter. J’espère que le développement économique permettra à tous les Maliennes et à tous les Maliens de déployer leurs talents et de vivre à la hauteur de leurs aspirations » a-t-il déclaré.

L’ambassadeur français citant Georges Bernanos: » qu’une guerre soit réellement juste, nul ne saurait l’affirmer avant la paix. Ce sont les paix justes qui font les guerres justes » a invité les Maliens à tout entreprendre pour gagner la paix. Je suis convaincu que le dialogue inclusif qui s’ouvrira après l’élection présidentielle aboutira à des réformes constructives, pour une amélioration de la gouvernance, pour un développement juste et durable, a -t-il indiqué.

«14 juillet du souvenir, 14 juillet du renouveau, mais aussi 14 juillet de la fraternité. En tant qu’ambassadeur de France, faire vivre la fraternité franco-malienne est ma première mission. Les présidents Hollande et Traoré ont rendu hommage aux soldats français et maliens qui ont défilé côte à côte sur les Champs-Elysées. Cette amitié franco-malienne est profonde, et a de belles années devant elle. Elle marque aussi le renouveau de la relation entre la France et l’Afrique, ce renouveau que tous ceux qui aiment l’Afrique attendent » a-t-il soutenu.

Gilles Huberson a rappelé l’élan de solidarité dont a fait preuve la communauté internationale au moment où le Mali se trouvait en difficulté à commencer par l’Union européenne qui a mis en place une mission de formation de l’armée malienne, la mission EUTM. Le 15 mai à Bruxelles, les bailleurs internationaux ont décidé d’octroyer une aide de plus de 3 milliards d’euros au Mali. Le 1er juillet, une mission des nations unies, la MINUSMA, s’est déployée pour aider le Mali à se reconstruire. La communauté internationale s’est montrée à la hauteur de ce défi. Cet élan fraternel, précise t-il, a été initié sous l’impulsion de la France.

Enfin, l’ambassadeur a salué la communauté française restée au Mali malgré les risques qu’encourait sa sécurité. Il s’agit des cinquante bacheliers de la promotion 2013 présents à la cérémonie et qui sont restés au Lycée Liberté. Sans oublier les chefs d’entreprise, les retraités et couples mixtes.

Moulaye HAIDARA

16 Juillet 2013