Partager

Dans le monde actuel, la connaissance de la langue de Shakespeare reste incontournable. Ainsi, au-delà des considérations idéologiques et géopolitiques, la nécessité du savoir et de l’ouverture d’esprit exigent que les élèves des médersas apprennent l’anglais

Aussi, l’ambassade des États-Unis au Mali, appuie l’enseignement de la langue de Shakespeare dans ces écoles, où l’enseignement islamique domine.

C’est ainsi, qu’un séminaire, deuxième du genre dans notre pays, vient d’être organisé à l’intention d’une vingtaine de professeurs d’anglais des médersas.

En 2003, au Sénégal, américains avaient entamé cette série de formations à l’intention des écoles à dominance islamique, sous l’initiative de Ruth Petzold, conseillère régionale de l’enseignement de la langue anglaise à l’ambassade américaine au Sénégal.

Par contre au Mali, depuis plus de 20 ans, l’ambassade des États-Unis investit dans la formation des enseignants des écoles classiques.

Les participants officient dans les écoles où, l’enseignement de l’anglais est déjà pratiqué.

Mettre à la disposition des participants des outils méthodologiques propres à les aider à mieux enseigner la langue anglaise, représente le principal objectif de cet appui.

Deux thèmes principaux ont été traités par les participants durant les deux semaines qu’ont duré le séminaire: qu’est ce qu’il faut enseigner en anglais et comment l’enseigner ?

Durant les travaux, les enseignants se sont également familiarisés avec l’utilisation des nouvelles technologies de l’information et la culture populaire américaine dans sa globalité.

L’ambassade des États-Unis a fait appel à l’universitaire américaine Donna Brinton de Los Angeles, pour donner des conférences sur les questions ayant trait à la vie américaine.

31 août 2006.