Partager

Khady Diallo, c’est cette policière que les Bamakois, notamment les propriétaires et usagers d’engins à deux roues et de voitures ou les passagers de véhicules de transport en commun et simples piétons remarquent en train de réguler ou diriger la circulation au rond point du foyer de l’air (monument de la colombe) ou au carrefour de Woyowanyanko, aux ronds-points Cabral et de la place CAN à Lafiabougou, au rond point de l’Eléphant à Hamdallaye ; dans tous les coins et recoins du secteur de Bamako Ouest où la sécurité des usagers doit être garantie. C’est cette Inspecteur divisionnaire qui est « L’Amazone du mois », la nouvelle rubrique de votre bi hebdo.

jpg_Khady_Diallo_inspecteur_de_police.jpg« Nul n’échappe à son destin », dit un adage de chez nous. Et, telle peut être imagée la carrière de Khady Diallo dont ni le parcours scolaire, ni le chemin professionnel initial, ne prédestinaient à la police. En effet, après son diplôme d’études fondamentales (DEF), obtenu à l’école fondamentale de Hamadalaye Plateau, la fille de Malick Diallo, 3e enfant d’une famille de 5, fut orientée au lycée Askia Mohamed d’où elle fut suspendue suite à la grève des élèves et étudiants de 1979-1980 qui a abouti à la mort de Abdoul Karim Camara dit Cabral.

Notre Amazone s’inscrit à l’Institut national des sports qu’elle quitta en 4e année (classe terminale), en 1985, pour faire le concours d’entrée à la police alors même qu’elle avait entamé la procédure d’intégration directe dans l’Armée où elle avait déjà fait les étapes de : visite corporelle, visite médicale, sport et formation. L’essai à la police fut concluant et marque le début d’une longue et riche carrière dans la profession. Comme pour dire que, dans sa grâce et ses voies insondables, le tout Puissant l’a menée là où elle pouvait être le plus utile à la population.

Sa carrière a commencé avec la formation à l’Ecole nationale de police (1985-1988) et l’a conduite seulement dans trois unités. D’abord, à la Brigade d’investigation criminelle-BIC- (1988-1989), puis à la Police de l’Aéroport (1989-1995), avant de revenir à la BIC, devenue, entre-temps Brigade d’investigation judiciaire BIJ (de 1996 à 2003) et enfin à la Compagnie de la circulation routière (CCR) relevant du Groupement mobile de sécurité (GMS).

Celle qui n’a donc exercé qu’à Bamako, a gravi allègrement plusieurs échelons, passant d’Elève sous-officier (1985-1988) à Sergent en 1989, Sergent chef en 1992 et Inspecteur depuis 1995. A ce niveau aussi, elle a franchi 3 des 4 paliers possibles : Inspecteur simple, Inspecteur principal et, depuis janvier 2008, Inspecteur divisionnaire. En 2010, elle est automatiquement proposable au grade d’Inspecteur exceptionnel. Pourquoi pas dès cette année, exceptionnellement.

D’ailleurs, ses ambitions l’autorisent à se présenter (et elle en nourrit le secret désir) au prochain concours professionnel des commissaires de police.

Khady dirige actuellement le secteur Bamako Ouest ayant pour poste central le rond-point du foyer de l’air.

Si elle a consacré 24 de ses 47 ans à la police, c’est parce que Khady Diallo porte l’uniforme bleu dans le sang et dans l’âme. «J’ai un amour farouche et démesuré pour le corps de la police. Je mourrai pour la police s’il le faut. Si la police n’existait pas, je l’aurais créée pour avoir une raison de vivre », nous a confiés hier l’Inspecteur divisionnaire « sous le petit arbre » (que les initiés situeront facilement) qui lui sert de refuge à ses heures de pause.

Dans l’exercice de sa profession, Khady Diallo dit n’avoir rencontré de difficulté majeure ni avec ses collègues et ses supérieurs, ni avec les particuliers, car selon elle, la mission du policier n’est ni plus, ni moins que l’application stricte de la loi.

Le seul souci qu’elle a, c’est celui de relever le défi de la responsabilité qui lui incombe aujourd’hui de diriger un secteur de la circulation, car la circulation n’est, par nature, jamais facile à gérer.

Au vu de tous les efforts qu’elle fournit dans l’exercice de son métier, l’Amazone N’1 de L’Aube, a reçu plusieurs distinctions de reconnaissance.
En 2006, la nation lui fut reconnaissante en l’élevant au grade de Chevalier du mérite national avec Effigie Abeille.


Khady fut aussi lauréate du trophée «Nyeleni», décerné par Océan Communication.

Plus récemment, le 31 mai 2008, elle a été récompensée par le Rotary Club Bamako Djoliba à travers une attestation de reconnaissance dans la cour du Groupement mobile de sécurité sous la présidence de l’ancien directeur général de la police, le Contrôleur général, Yacouba Diallo.

Ce jour là, parlant de Khady Diallo, le président du Rotary Club Bamako Djoliba, Fousseyni Diakité, a dit ceci : «Chacun de nous a pu voir Khady Diallo, au moins une fois, au monument de la Colombe, allant et revenant sans cesse, toujours souriante, rendant la circulation fluide. Khady, les usagers ont remarqué votre courage et votre professionnalisme et le Rotary Club Bamako vous en félicite».

Enfin, notons que son comportement exemplaire, a valu à Khady, plusieurs lettres de félicitations de la part de sa hiérarchie. Et, nous ne doutons pas un seul instant qu’il en sera toujours ainsi tant qu’elle continue sur ce chemin. L’Aube attend avec impatience la prochaine promotion de sa première Amazone.

SEKOU TAMBOURA

15 Janvier 2009