Partager

Si aujourd’hui, le prix du baril de pétrole avoisine les 60 dollars le baril, celui-ci pourrait caresser les 30 dollars dans un très proche avenir si la crise sino-américaine n’est pas résolue. Ce prix du baril de brut de pétrole devrait avoir des répercussions dramatiques sur les équilibres budgétaires de l’Algérie et plonger le pays dans une crise sans précédent au regard de sa totale dépendance aux recettes pétrolières. Déjà, la croissance globale du PIB de l’Algérie a atteint 1,5% au 1er trimestre 2019, la plus faible performance globale réalisée ces 20 dernières années. Avec un déficit commercial à l’orée d’une syncope chronique, le déficit de la balance commerciale de l’Algérie s’est lourdement creusé pour atteindre les 3,18 milliards de dollars durant le 1er semestre 2019, contre un déficit de 2,84 milliards de dollars à la même période en 2018. Pour ce qui est des exportations, celles-ci ont également chuté dans le même temps de près de 7% pour clignoter à 18,96 milliards de dollars durant le 1er semestre de l’année en cours, contre 20,29 milliards de dollars durant les premiers six mois de 2018. Quant aux recettes des hydrocarbures, qui constituent l’essentiel des ventes à l’étranger et des revenus de l’Algérie, elles s’élèvent, au 30 juin 2019, à 17,65 milliards de dollars contre 18,84 milliards de dollars…Farid Mnebhi.