Partager

L’Agence d’aide à la coopération technique et au développement (ACTED) vient d’ouvrir trois des cinq centres d’information et d’orientation à Bamako destinés aux personnes déplacées. A travers ces centres, il s’agit d’améliorer leur accès dans le domaine de l’assistance humanitaire. En fait, c’est une réponse à la situation d’urgence et complexe des déplacés dans la capitale. Ce projet dont le coup d’envoi a été donné hier par l’ouverture du centre de N’Golonina marché, est mis en place grâce au soutien du bureau d’assistance aux catastrophes à l’étranger et de l’Office humanitaire de la communauté Européenne.

Après avoir apporté une assistance aux ménages déplacés de Bamako à travers la distribution des produits alimentaires et des biens de première nécessité, l’Agence d’aide à la coopération technique et au développement vient de lancer le projet d’appui multisectoriel aux familles déplacées à travers l’inauguration des centres d’information et d’orientation dans les différents quartiers de Bamako.

L’ouverture du centre de N’Golonina marché s’est déroulée, hier, en présence des responsables du projet ainsi que des partenaires techniques et financiers. A ceux-ci s’ajoutent les autorités administratives et politiques de la Commune II.

Dans son mot de bienvenue, le Directeur Pays ACTED-Mali, Nicolas Robe estime que ce centre permettra aux déplacés vivant à Bamako d’être désormais mieux orientés. Il s’agit en d’autres termes de soulager ces personnes, qui ont quitté leurs localités à cause de la crise. Selon lui, le nombre des déplacés vivant à Bamako est estimé à plus de 119 000 personnes. Et elles vivent toujours dans des conditions très précaires.

Le représentant du maire de la Commune II qui a salué à sa juste valeur cette belle initiative, dira que ce projet est très vital afin d’améliorer l’accès des déplacés à l’information.

La représentante de l’organisation internationale des migrations, Agnès Tillinac pense que l’ouverture de ces centres marque une nouvelle étape dans la vie des déplacés. Quant à la représentante de l’USAID-OFDA, Katherine Echeverria, elle dira que : « ces centres sont particulièrement importants car ils permettent aux personnes déplacées de demander et de trouver l’aide spécifique dont elles ont besoin. Il s’agit soit de services d’aide alimentaire, de santé ou d’assistance juridique ». Ces centres, ajoutera-t-elle, permettront à ces personnes de se renseigner sur les services disponibles à la fois à Bamako et dans leurs régions d’origine.

Il faut rappeler que trois des cinq centres sont désormais opérationnels. Il s’agit notamment des centres de N’Golonina et Bagadadji en Commune II et celui de Niamakoro Cité Unicef en Commune VI. Les autres centres sont en cours d’exécution.

Il faut préciser que la vocation de l’ACTED est de soutenir les populations vulnérables de par le monde et de les accompagner dans la construction d’un avenir meilleur. Sa vision, c’est d’assurer le lien entre urgence, réhabilitation et développement.

Alou B HAIDARA

28 Août 2013