Partager


Trois jours durant, du 5 au 7 mai 2008, les journalistes d’Afrique de l’Ouest se sont penchés sur le thème «l’Afrique face aux enjeux majeurs de l’environnement», au CICB. Elle rentre dans le cadre de la 3ème Conférence Internationale de l’ANEJ.

Les véritables problèmes environnementaux étaient au centre des débats entre journalistes d’Afrique de l’Ouest et les techniciens de l’environnement.

Plusieurs thèmes ont fait l’objet de la levée des points d’ombres à savoir : l’écart entre les engagements pris et l’effectivité de leur mise en œuvre, niveau sans cesse croissant de la dégradation de l’environnement et des ressources naturelles en Afrique,

des catastrophes liées aux changements climatiques et la vulnérabilité de l’Afrique, de la mission des médias en matière d’information, d’éducation et d’influence sur les processus de prise de décisions ; du rôle des médias africains dans le suivi de la mise en œuvre des politiques et programmes de promotion du Développement Durable ,

de la responsabilité des chefs d’Etat africains dans l’adoption de politiques en vue d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement et l’Initiative Environnement du NEPAD ,la responsabilité des décideurs africains dans la mise en œuvre effective des accords et conventions sur l’environnement.

Malgré les efforts en cours pour une gestion intégrée du fleuve Niger et les encouragements des chefs d’Etats des pays ayant en partage le bassin du Niger à accélérer la recherche de financements complémentaires pour la mise en valeur du Fleuve Niger et l’engagement des chefs d’Etats et de gouvernements africains doivent placer en priorité la protection de l’environnement dans les programmes de développement mais les problèmes demeurent et menacent notre cadre de vie.

Les décideurs africains doivent développer des stratégies endogènes adaptées à leurs problèmes environnementaux. Les gouvernements et institutions africaines doivent également s’investir dans le renforcement des capacités des journalistes africains pour assurer une information et une communication de qualité sur l’environnement.

Pour préserver notre cadre de vie Les décideurs africains doivent mettre en place des infrastructures et assurer le développement des ressources.

A la fin conférence Internationale, le réseau ANEJ Mali a été mise en place et dirigé par notre confrère, Youssouf Diakité de l’ORTM.

Dans son message aux participants, les médias africains s’engagent à œuvrer dans une synergie d’actions avec les leaders politiques et autres leaders d’opinion pour la sauvegarde de l’environnement en Afrique.

Les médias africains s’engagent à mener d’intenses campagnes d’information et de sensibilisation sur les différents défis de l’environnement ;

l’ANEJ s’engage à faire de son site Web le portail dédié aux informations sur les questions environnementales en Afrique ; l’ANEJ s’engage à renforcer ses relations avec les organisations gouvernementales et intergouvernementales ; demandons à la Conférence des ministres africains de l’environnement la création d’une plateforme d’échanges lors des différentes rencontres ministérielles africaines dédiées à l’environnement.

Le réseau ANEJ Mali appelle les Présidents : Paul Kagamé du Rwanda, Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallahi de Mauritanie, Amadou Toumani Touré du Mali et Jakaya Kikwete de Tanzanie, et l’ancien Vice Président des Etats-Unis Al GORE à être les ambassadeurs de l’environnement africain et à relayer les préoccupations contenues dans les déclarations de Kigali, de Nouakchott et de Bamako aux autres chefs d’Etat africains et organismes internationaux.

L’ANEJ devra œuvrer pour le renforcement des échanges avec les journalistes et les éditeurs à travers notamment le Forum des éditeurs africains et les autres associations de journalistes travaillant sur des thématiques relatives à l’environnement; l’ANEJ devra œuvrer dans le sens du renforcement des canaux de communications entre ses différents membres ;

l’ANEJ devra œuvrer pour la création d’une revue africaine dédiée à l’environnement et qui sera publiée en français, en anglais, et en arabe ; l’ANEJ doit développer des programmes de formation ciblés sur l’environnement et destinés aux acteurs de la presse en collaboration avec les partenaires.

Le réseau Mali a exprimé sa gratitude au Peuple et au Gouvernement de la République du Mali, en particulier : à Son Excellence, le président de la République du Mali, Amadou Toumani TOURE, au Premier ministre,

Modibo SIDIBE, à la Commission de l’Union Européenne, au Programme des Nations Unies pour l’Environnement et à tous les partenaires qui ont contribué à la réussite de la rencontre de Bamako.

L’ANEJ Mali a adressé une motion spéciale à S.E. Monsieur Al GORE, ancien Vice Président des USA, Prix Nobel de la Paix, pour son message adressé à la Conférence de Bamako et à l’ANEJ.


Moustapha GUITTEYE

12 Mai 2008