Partager

A quelques pas de la date butoir 2015, en dépit d’avancées
majeures dans plusieurs domaines, l’Afrique subsaharienne a du mal
à atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement
(OMD).

Du moins, c’est ce qu’on retient des statistiques
exhaustives les plus actuelles sur les progrès des OMD.
Pour la réduction de l’extrême pauvreté et la faim, bien que le
pourcentage de personnes vivant avec un dollar par jour (ou moins)
soit passé de 45,9% à 41,1% depuis 1999, la réalisation des OMD
visant à réduire la pauvreté de moitié, d’ici 2015, exige que la
progression actuelle redouble de vitesse.

En même temps, en dépit d’un taux élevé de croissance de
population -2,3% par an- au plan régional, le nombre de personnes
extrêmement pauvres s’est stabilisé, avec une croissance marginale
de 296 millions en 1999 à 298 millions en 2004.

Les progrès en faveur des enfants sont d’une lenteur exaspérante,
en ce qui concerne l’objectif visant à réduire la faim de moitié,
le pourcentage des moins de cinq ans souffrant d’insuffisance
pondérale ayant diminué d’à peine plus d’un deuxième entre 1990
(33%) en 2005 (29%).

On constate des progrès dans le domaine de l’éducation primaire
universelle, les inscriptions scolaires ayant passé de 57% en
1999 à 70% en 2005. Le nombre de jeunes africains âgés de moins
de 14 ans est passé de 237 millions en 1990 à 348 millions en
2007. Ce nombre devrait atteindre 403 millions en 2015.

Sur le plan égalité des sexes, même si le nombre de sièges
parlementaires occupé par les femmes a augmenté de façon
significative, passant de 7% en 1990 à 17% en 2007, la promotion
de femmes qui gagnent un salaire, en dehors de la culture agraire,
ne dépasse toujours pas un tiers de la population féminine, en
2005.


La mortalité infantile

Le taux de mortalité des moins de cinq ans est passé de 185 pour
mille naissances vivantes en 1990 à 166 pour mille en 2005. Ce qui
ne représente qu’une fraction de l’objectif visant à une réduction
de deux tiers, d’ici 2015.
Depuis, ce taux représente deux fois celui de l’ensemble du monde
en développement. Seule mesure poisitive: grâce à des campagnes de
vaccinations massives, les cas de rougeole et les décès dus à cette
maladie ont diminué de près de 75% en 1999 et 2005 sur le
sous-continent.

La santé maternelle

Elle reste un scandale régional et mondial. Pour une femme
d’Afrique subsaharienne, les risques de décéder de complications
dues à la grossesse ou à l’accouchement sont de 1 pour 16, alors
qu’ils sont…de 1 pour 3 800 dans les pays industrialisés.

En ce qui concerne la durabilité environnementale, seules 42% des
personnes vivant en zone rurale ont accès à une eau salubre ;
d’après les dernières données de 2004, et 63% de l’ensemble de la
population n’ont pas accès aux installations sanitaires de base.

Il s’agit d’une très légère regression par rapport à 1990 (68%),
et on est loin de l’objectif visant à réduire ce pourcentage de
moitié, d’ici 2015. Le changement climatique, dont des effets se
font déjà sentir, ne rendront que plus difficile la réalisation
des OMD sur le sous-continent.

D’après les projections du groupe d’experts intergouvernemental
(GIEC) sur l’évolution du climat, 75 à 250 millions de personnes
subiront les effets d’une augmentation du stress hydrique. Sans
une préparation adéquate, l’impact pourrait en être beaucoup plus
dévastateur sur les économies rurales et les moyens de subsistance
des pauvres.


Bakoroba COULIBALY

14 Décembre 2007.