Partager

La cérémonie de clôture était placée sous le haut patronage du ministre de l’Education Nationale, le Professeur Mamadou Lamine Traoré. D’importantes décisions ont été prises à l’issue de ce congrès.

Une décision d’envergure a été la remise de la gestion de l’internat à l’Etat, chose qui avait été demandée depuis quelques années. Placé sous le signe de la maturité syndicale, le 12è congrès statutaire a été l’occasion pour le nouveau secrétaire général élu de remercier le Ministère de l’Education pour sa promptitude à réagir positivement aux multiples sollicitations, son soutien matériel, financier et moral.

Il a rappelé que depuis quelques années, l’AEEM vit des péripéties à répétition parfois liées à des facteurs externes à l’école. Il s’agira pour Safouné Togo de les surmonter dans la responsabilité et dans l’unité.

Il s’est engagé à cultiver l’excellence à l’école, à révolutionner les méthodes de revendications et de négociations, à être à l’écoute de tous afin d’obtenir une solution raisonnable, consensuelle et adaptée à chaque type de problème.

Pour lui, il s’agit désormais de se battre pour étudier et non d’étudier pour se battre. Il a enfin adressé toute sa gratitude à tous ceux qui ont contribué à la réussite du congrès ainsi qu’à ceux qui ont témoigné de leur solidarité durant la détention des étudiants suite aux événements de la FSJE.

Le ministre de l’Education Nationale, le Professeur Mamadou Lamine Traoré a remercié l’AEEM, les anciens leaders de l’UNEEM et le CNJ pour la réussite du congrès. Pour lui, la démocratie et la maturité ont prévalu. Il indiquera que les nouvelles charges de l’AEEM sont lourdes au regard des défis auxquels sont confrontées l’école et la nation malienne.

« Cependant, elles le seront moins si nous savons faire preuve de responsabilité, de réalisme, de patriotisme et d’engagement pour une école apaisée et travailleuse ». Il demandera à l’AEEM la stratégie d’une inscription des solutions des problèmes dans la durée, donc l’établissement d’un plan de partenariat assorti d’un chronogramme d’exécution considérant la haute option pour une école apaisée et performante avec une AEEM responsable et crédible. La nouvelle démarche partenariale esquisée exige en somme un leader studieux, militant, courageux, plus en quête de résultats probants pour l’AEEM, ses militants et l’école malienne, a-t-il poursuivi.

Le ministre a salué la décision de transférer au Ministère de l’Education Nationale la gestion des internats universitaires, geste qu’il a qualifiée de décision hautement citoyenne. Par ailleurs, le Professeur Mamadou Lamine Traoré s’est félicité que l’AEEM ait décidé de bannir la violence au sein de l’espace scolaire au profit de la dialectique. Pour lui, c’est désormais une meilleure vision des problèmes par les élèves et étudiants.

A l’issue du congrès l’AEEM a décidé de remettre la gestion des internats au centre national des oeuvres universitaires placé sous tuelle du département de l’Education. Rappelons qu’il y a de cela 3 ans que l’Etat réclamait cette gestion qui opposait les étudiants.

Au titre des recommandations, l’AEEM a sollicité la réhabilitation de l’ex-leader de l’UNEEM Abdoul Karim Camara dit Cabral, le recrutement des enseignants en quantité suffisante au secondaire, la dotation des écoles secondaires notamment l’IFM de Sikasso et le lycée de Bougouni en matériel informatique, la construction d’un dortoir de 1000 places à la FMPOS, l’augmentation des frais de stage au secondaire, l’octroi des trousseaux au niveau des IFM entre autres.

En plus, certains étudiants, fauteurs de troubles ont été purement et simplement radiés de l’AEEM. Il s’agit entre autres de Mamoutou Koné dit « Wech » (FLASH), Oumar Maïga, Ousmane Diarra.

NIAGA TEMBELY REMERCIÉ
L’honorable Niaga Tembely qui est resté depuis plus de 10 ans le seul président d’honneur de l’AEEM, statut lui permettant de mener les négociations entre les étudiants et le Ministère a été remercié. D’ailleurs, il n’a pas suivi le congrès cette année, car il s’est désisté pour avoir été insulté par des étudiants. Niaga est soupçonné d’avoir fomenté maintes fois des coups bas au sein du mouvement étudiants. Mandat a été donné au nouveau bureau d’élire un nouveau président d’honneur.

LISTE DES MEMBRES DU BUREAU
1. Secrétaire Général : Safouné Togo – FAST
2- Secrétaire Général Adjoint : Mohamed Ibrahim Baby – FMPOS
3- Secrétaire Administratif : Abdoul Karim Maïga – FSJE
4- Secrétaire Administratif Adjoint : Oumar Sidibé – CFTQ
5- Secrétaire aux Relations Extérieures : Kalil Mangara – FMPOS
6- Secrétaire aux Relat. Extérieures Adjoint : Aly Cissé – Lycée Fily Dabo Sissoko
7- Secrétaire à l’Organisation : Sidiki Fofana – FAST
8- Secrétaire à l’Organisation Adjoint – Malal Diabaté – CFTQ
9- Trésorier Général : Amadou Traoré – FLASH
10- Trésorier Général Adjoint : Gaoussou Konaté – ESET
11- Secrétaire à l’Information et à la Presse : Moussa Sow – IUG
12- Secrétaire à l’Information Adjoint : Mohamed Barry – Lycée A. Garçon
13- Secrétaire aux revendications : Cheick Hamalla Bathily – FLASH
14- Secrétaire aux revendications Adjoint Ibrahim F. Touré – CFA
15- Secrétaire chargé de la Culture et aux Sports : Mohamed Lamine Bah – ENI
16- Secrétaire chargé de la Culture et aux Sports adjoint : Dioman Touré – CETEC
17- Secrétaire aux Conflits – Mohamed Diarra –
18- Secrétaire aux conflits adjoint – Mamby Sidibé.

Salifou BANGALI

4 Avril 2005