Partager

Front social : l’AEEM exige une reprise des cours à l’université, la COPAM intransigeante sur les concertations nationales

Pour exiger du gouvernement une réaction au sujet de leurs doléances, deux marches de protestation ont eu lieu ce mercredi 2 janvier 2013 à Bamako. La première a été organisée par la Coordination des organisations patriotiques du Mali (COPAM), la seconde menée à l’initiative du bureau de coordination de l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM).

jpg_une-1296.jpgS’il s’agit d’une énième manifestation populaire de la part de la COPAM qui exige du gouvernement l’organisation de concertations nationales en vue d’aplanir les enjeux politiques de la transition, l’association estudiantine en est à son premier appel à la mobilisation. Et à en croire les responsables de l’association, le processus ne fait que commencer. «Tant que les cours ne reprendront pas, nous ne baisserons pas les bras», a indiqué Ibrahim Traoré, secrétaire général de l’AEEM.

Les enseignants du supérieur observent depuis plus de trois mois une grève illimitée. Ce mot d’ordre de grève des professeurs vise à obtenir du gouvernement l’application d’un protocole d’accord signé en mai 2011. La situation qui paralyse les facultés et grandes écoles du pays provoque le mécontentement des étudiants. Ces derniers ont donc décidé de se faire entendre ce mercredi 2 janvier 2013 à travers cette marche pacifique qui s’est soldée par la remise d’une déclaration à la primature.

«Nous demandons tout simplement à l’Etat de nous mettre dans nos droit. Nous voulons étudier», a souligné Ibrahim Traoré dans un entretien téléphonique. A la primature où les manifestants ont été reçus, le directeur de cabinet du premier ministre n’avait d’autre choix que d’assurer le transfert des doléances «à qui de droit».

Seydou Coulibaly

Le 2 Janvier 2013

© AFRIBONE