Partager

Depuis le samedi dernier les résultats définitifs des élections présidentielles ont été proclamés par la cour constitutionnelle qui a donné vainqueur le candidat Amadou Toumani Touré. Maintenant, les regards sont tournés vers les législatives prévues pour le mois de juillet prochain. Déjà les acteurs politiques mettent tout en oeuvre pour avoir une majorité confortable à l’Assemblée Nationale. C’est pourquoi bien avant le communiqué du ministère de l’Administration Territoriale, rappellant aux formations politiques que le delai de dépôt des dossiers de candidature est fixé au16 de ce mois à minuit, elles avaient commemcé à nouer des alliances possibles.

Ainsi, au sein des deux alliances formées pour les présidentielles passées l’ADP (Alliances pour la Démocratie et le Progrès) et le FDR (Front pour la Démocratie et la République) des listes communes se sont formées dans le seul but d’avoir une majorité confortable. Après la formation des listes communes des actions sont en cours afin d’avoir les meilleurs résultats.

Logiquement les partis de l’ADP sont dans une bonne position. Déjà, l’Adéma, un parti de l’ADP mise sur 80 députés. Même si lui seul ne peut donner les 80 députés, il doit pouvoir dépasser 40 députés, parce qu’il est une force présente dans toute les localités du pays. C’est le parti le mieux implanté aujourd’hui encore. A cela vont s’ajouter, les forces de l’URD, du CNID du MPR de l’UDD sans compter les autres partis membres de l’ADP (plus de quarante). Mais pour réunir une majorité confortable pour ATT, tout dépendra des efforts en amont et au cours des législatives prochaines.

ADP VERSUS FDR

Au cas où il arriverait que ces partis de l’ADP ne parviennent pas à réunir la majorité confortable pour ATT, ils risqueraient d’avoir un réveil brutal, mais cela ne va pas remettre en cause la victoire d’ATT car, en plus d’eux, il y avait aussi des associations de soutien sans compter la personnalité même du candidat, ses réalisations. Donc il appartient aux partis de l’ADP de s’organiser pour avoir leur mot à dire en 2012, sachant bien que leur candidat (ATT) ne sera pas présent pour les élections présidentielles à venir.

En plus d’un rôle d’appui pour le président ATT, cette majorité va servir plus ces partis. Aussi, on sait que la force d’un parti politique est déterminée par le nombre d’élus communaux et d’élus de la nation. Et même pour avoir plus d’aide de la part de l’Etat, en plus des autres critères, les formations politiques doivent avoir plus d’élus. Toute chose qui démontre la crédibilité des partis politiques. En tout cas les partis de l’ADP sont optimistes par rapport aux législatives prochaines et ceux du FDR jurent de ne pas se laisser faire. Car, eux aussi comptent sur une majorité pour mieux jouer leur rôle d’opposants, surtout qu’ils contestent la réelection du président ATT.

A cet effet, les partis de l’ADP ont intérêt à réunir une majorité confortable à l’Assemblée Nationale.

Dado CAMARA

16 mai 2007.