Partager

Héritière de l’Etat colonial l’administration malienne est minée par une crise profonde qui affecte tant son professionnalisme que ses performances. Ce constat a amené la cellule de prospection socio-politique Horizon 2025 à organiser un colloque le samedi 22 juillet à l’hôtel Massaley pour diagnostiquer les maux dont elle souffre en vue d’y remédier. Avec comme thème « Quelle administration pour la Mali« , la rencontre s’est tenue autour de panels constitués de personnes compétentes de divers horizons : experts, hauts fonctionnaires, anciens fonctionnaires internationaux, grands commis de l’Etat, organisation de la société civile, syndicats des cadres de commandement, Commission de l’Assemblée nationale, Ministère chargé de la Réforme de l’Etat.

« La reforme de d’administration, vous en doutez, est un vaste chantier aux aspects multiples et complexes que nul ne saurait ignorer. Elle est aussi une quête permanente de performance à laquelle tout citoyen avisé ne saurait se déroger. L’adéquation de l’administration aux exigences d’un monde en perpétuelle mutation apparaît toujours comme un défi à relever parce que faisant d’elle un levain à une démocratie vraie par conséquent plus proche des usagers« , a expliqué Mamadou Seydou Traoré, Secrétaire général du ministère de l’administration territoriale et des collectivités locales. Il a invité les participants à faire le diagnostic sans complaisance des insuffisances de notre administration, le champ des reformes à entreprendre ou à consolider tout en espérant que la mise en oeuvre de leur analyse permettra une avancée notable dans la reforme et la modernisation de l’administration malienne. Pour lui, la cellule de prospection socio-politique Horizon 2025 vient, à travers ce colloque, confirmer, si besoin est, l’idée selon laquelle « Gouverner c’est prévoir« .
Le Secrétaire général du ministère de l’administration territoriale a salué la clairvoyance des initiateurs du colloque qui ont fait leur l’adage : « s’il est bon de savoir pour une société d’où elle vient, il est tout aussi bon de poser les balises de l’avenir de cette même société« .

Mamadou Seydou Traoré a conclu : « Si la modernisation de notre administration est un défi qu’il faut relever, la modernisation de l’Etat dans son ensemble reste à penser« .
Le chargé de programmes de la fondation Friedrich Ebert, Abdourhamane Dicko, s’est réjoui d’accompagner Horizon 2025 dont l’objectif est de contribuer à une meilleure connaissance des réalités et des défis du monde en voie de développement, de l’Afrique et du Mali. « Le thème de ce colloque est d’une importance particulière dans le contexte de la mondialisation. Il implique que, pour remédier en profondeur aux problèmes qui se posent, on discute et on réaffirme les grandes finalités de l’Etat que sont la lutte contre les inégalités, la cohésion sociale, la protection sociale, la politique économique, etc.« , a-t-il expliqué.

D’après M. Dicko, la dialectique centrale d’une « bonne » reforme de l’administration est de reformer l’administration, non pas pour affaiblir le service public mais pour renforcer l’action publique. En une formule :
non pas moins d’Etat, mais « mieux d’Etat ». En effet, au Mali du fait d’une administration peu performante, le fossé ne cesse de s’agrandir entre l’Etat et les populations. Horizon 2025 entend corriger cet état de fait et faire en sorte que l’administration soit effectivement au service des usagers, en terme d’offres de service et de prise en charge des attentes.

F. Traoré

24 juillet 2006