Partager

Les trois principaux partis politiques maliens connaissent depuis quelques temps de sérieux problèmes. Leur origine commune, ils sont tous trois issus de la grande famille Adema, explique t-elle certains comportements de la part de leurs responsables ? Rien n’est moins sûr. Il semble plutôt que ces partis sont affectés par l’évolution logique des perspectives politiques et leurs implications.

En effet, les prochaines élections sont de beaucoup dans ce qui est en train de se passer au sein de ces formations politiques.

A l’URD, contrairement à ce que beaucoup peuvent penser suite à la mise en place d’une direction consensuelle, un dualisme s’est installé, dans la durée, avec la radicalisation progressive des différentes positions.

Il y a d’une part un groupe résolu à se soucier du seul bon fonctionnement du parti, des préoccupations véritables des militants, des solutions à trouver aux crises que ces militants partagent avec l’ensemble des populations.

Mais si ce groupe a l’adhésion des militants du parti et bénéficie de la sympathie de certains hauts responsables de l’Etat, il est sérieusement handicapé car ne constituant qu’une minorité au sein de la direction nationale du parti.

D’autre part, un clan formé autour d’un homme pour qui seule compte son ambition personnelle d’accéder au fauteuil du président de la République.

Ce clan a fait main basse sur le parti, tuant le débat démographique.
Au RPM, les résultats aux dernières élections générales ont suscité et continuent de susciter beaucoup d’interrogations sur la survie du parti, mais également sur ses options.

Le parti a enregistré déjà des saignées plus ou moins importantes. En principe, il devrait surtout s’occuper à panser ses blessures, gérer les rancoeurs, colmater les brèches, faire son autocritique et réfléchir à ses futures orientations.

Au PASJ, c’est la question de leadership qui se pose avec le plus d’acuité et, ce, depuis l’arrivée de certains responsables politiques venus d’autres formations politiques et la levée des sanctions qui frappaient certains cadres de ce parti.

La constitution et la gestion d’une nouvelle direction s’imposent d’autant plus qu’il faut caser tout ce beau monde en créant le moins de frustrations possibles.

Mais la menace la plus directe et la plus sérieuse demeure la concurrence que lui livre l’URD, en termes d’adhésions, fusions ou alliances. Le parti de l’Abeille esseulée l’a si bien compris qu’il diversifie depuis quelques temps les stratégies.

Il y a d’abord la médiatisation à outrance de la moindre adhésion de transfuges d’origine diverse ou la moindre fusion avec un autre parti, si insignifiant soit-il.

Ainsi, sur fond de tam-tam, balafon, louanges et orchestre, les responsables du PASJ ont accueilli ceux de certains partis qui se sont résolus à faire hara-kiri politique en escomptant néanmoins des postes de responsabilités dans la direction de leur nouvelle formation d’adoption. Cas les plus récents, entre autres, du RND et du PUDP.

Il y a ensuite le retour du PASJ à ses anciennes amours, c’est-à-dire la diversion et l’intoxication. Ainsi, des fusions ont été annoncées publiquement, mais ne sont pas près d’aboutir. Cas de l’UDD dont le président a déclaré récemment qu’une fusion de son parti et du l’Adéma n’est pas à l’ordre du jour de son calendrier.

D’autres fusions ont fait l’objet « d’informations » distillées dans l’opinion. Notamment une fusion plus qu’improbable entre l’Adéma et le RPM.

Dans certains milieux, on soupçonne fortement les Abeilles d’être à la base de ces rumeurs, qui tendent à semer le doute et la confusion dans l’esprit des militants et cadres du RPM La Ruche est coutumière de tels procédés qui lui ont permis autrefois de fragiliser, diviser ou détruire d’autres partis politiques.

Mais apparemment, au vu des difficultés que vivent actuellement les Abeilles, il est fort à parier que les partis politiques, déjà échaudés, ne se laisseront plus prendre. L’empressement du président de l’UDD à démentir une quelconque fusion avec le PASJ ne procède pas d’autre chose.

Cheick Tandina

22 Mai 2008