Partager

Hier, le candidat de l’Adéma/PASJ à la présidentielle, Dramane Salif Dembélé, a démenti les allégations selon lesquelles il serait milliardaire et qu’il aurait maille à partir avec la justice.

jpg_une-1837.jpgIl n’y a pas eu de sujets tabous mardi à Bamako-Coura au siège de l’Adéma/PASJ où le candidat du parti à l’élection présidentielle de juillet 2013 était sous le feu roulant des questions des journalistes.

Sur ses supposés milliards, le candidat du PASJ n’a pas fait dans la dentelle. « Honnêtement, je ne suis pas milliardaire. Ma réussite scolaire a été une réussite économique pour moi. Mais je ne suis pas milliardaire ». Et son directeur de campagne, Harouna Cissé, de confirmer : « Nous n’avons pas vu ces milliards. Je doute de leur existence ».

Interrogé sur sa détention en avril 2012 qu’il qualifie « d’arbitraire » et ses rapports avec la justice, « Dra » a été on ne peut plus clair. « Je suis un homme libre. Je ne suis plus en liberté provisoire. J’ai l’ordonnance définitive de mon non-lieu. Mon casier judiciaire est vierge ». Mais s’il y a un fait que le candidat de la Ruche n’oubliera pas de sitôt, c’est l’assassinat de son gardien à son domicile et la fouille de sa maison. « Je suis un homme libre avec des séquelles. Mon gardien a été abattu, ma maison fouillée pour la simple raison que je disposerais des hélicos de combat dans mon champ. Alors qu’il n’en était rien ».

Déclinant en partie son projet de société qui est celui de sa formation d’origine, « Dra », si les Maliens lui accordaient leur confiance, entend placer son mandat sur les réformes fondamentales axées sur la réparation sociale où nul ne sera laissé pour compte. Il soutient que les attaques sur son choix, sur sa capacité à défendre les couleurs du parti… ne l’ébranleront pas. » Ne perdez pas votre temps ! J’ai pas de complexe à ce niveau », a-t-il averti.

Présent à la conférence de presse, le 1er vice-président de l’Adéma/PASJ en a eu pour son compte. Mais Ibrahima Ndiaye a assuré que son rôle n’est pas d’être le directeur de campagne du candidat et que s’il avait refusé le poste, il ne serait pas dans l’Adéma. S’agissant de ses relations avec Modibo Sidibé, il a dit qu’il n’a jamais parlé politique avec celui-ci si ce n’était ces dernières semaines.

« Pour la première fois, j’ai parlé politique avec Modibo Sidibé il y a deux semaines mais nous ne savons pas tricher ». Tout de même, il reconnaît que le navire Adéma a tangué mais qu’ils ont les ressources nécessaires pour les surmonter. Des propos corroborés par Harouna Cissé. « L’Adéma n’a jamais été un fleuve tranquille, mais nous nous sommes toujours entendus sur l’essentiel ».

Présentant le candidat sous ses multiples facettes, l’honorable Yaya Sangaré dira que « Dra » qui est un pur produit d’Iba a passé l’essentiel de sa carrière dans le secteur des mines et qu’il s’est toujours porté en rassembleur en privilégiant le dialogue.

Dans la présentation du candidat par l’élu de Yanfolila, il ressort que Dramane Salif Dembélé se propose d’apporter des solutions alternatives pour le changement à travers le redressement de l’économie, de l’école, de l’administration, des services sociaux et le redressement moral et patriotique.

Mohamed Daou

Les Echos du 29 Mai 2013