Partager

Le premier vice-président de l’ADEMA, Soumeylou Boubèye Maiga, en désaccord avec Dioncounda Traoré sur la ligne politique du parti, a décidé d’aller à la rencontre du peuple, à travers les associations et clubs qui portent son nom. C’est une campagne de proximité qu’il avait commencée depuis plusieurs mois à l’intérieur du pays. Le week-end dernier, Soumeylou, comme l’appellent familièrement les intimes, l’a consacré aux visites de terrain dans la capitale et ses environs. De Sangarébougou, en passant par les communes I et II, une foule nombreuse composée essentiellement de femmes et de jeunes, lui a réservé un accueil enthousiaste et l’a rassuré de son soutien et de sa participation au meeting programmé le samedi prochain.

Nous l’avons suivi le samedi 18 novembre à Sangarébougou (cercle de Kati) où il a été accueilli avec tous les honneurs. Accompagné entre autres, pour la circonstance de son fidèle parmi les fidèles, Issa Diarra, secrétaire à l’environnement du Comité Exécutif et ancien député de Kolokani, Oumar Ag Almihidi, secrétaire en charge des Maliens de l’extérieur et certains membres de sa famille, Soumeylou Boubèye Maiga a été présenté par Kassim Sidibé au public comme étant celui qui aide beaucoup les enfants de cette contrée à aller à l’école.

En effet, Sidibé, directeur d’école de son état à témoigné devant les nombreuses mères de famille que c’est bien Boubèye qui appuie les élèves de son établissement en matériel scolaire et paye les professeurs à l’approche des examens pour les cours de rattrapage.

«Nous avons connu Boubèye avant aujourd’hui. Durant tout ce temps, il nous a accompagnés dans la résolution des difficultés auxquelles nous sommes confrontés dans la vie de notre quartier. C’est pourquoi, nous avons créé une association qui porte son nom. Nous sommes avec lui et nous avons besoin des gens sérieux qui n’iront pas à droite ou à gauche. Nous avons besoin des personnes qui sont constantes, qui demain ou après demain ne vont pas nous quitter pour aller ailleurs. Donc, je vous demande d’être prêts à répondre à son appel à tout moment» a déclaré Kassim Sidibé.

Soumeylou Boubèye Maïga, a demandé à ses partisans de se préparer pour le meeting qu’il va animer le 25 novembre. «Nous n’avons peur de personne. Depuis que notre meeting a été annoncé, il y a eu beaucoup de bruits. Cela ne va pas nous détourner de notre objectif. Je sais qu’il y a beaucoup de monde dans nos structures ici à Sangarébougou.

Mais, tout le monde ne pourra pas participer au meeting. Parce que nous n’avons pas les moyens pour assurer vos transports. Cependant, nous ferons un effort afin de vous envoyer une Sotrama (véhicule de transport collectif)» a promis l’ancien ministre des Forces Armées et des Anciens combattants.

Seconde étape de la tournée, Banconi où les jeunes et surtout les femmes étaient au rendez-vous. Là également, il a été dit que Boubèye n’est pas un inconnu. «Nous avons connu Soumeylou, il y a plus de dix ans. Il est le même.

Il a toujours répondu aux sollicitations des jeunes et des femmes favorisant leur pleine épanouissement : assainissement, micro-projet, manifestations sportives et culturelles. Nous sommes avec vous et mourrons pour vous» a soutenu Ibrahim Touré, le porte parole de la coordination des amis de Boubèye de la commune I.

Même son de cloche chez la présidente des femmes qui a affirmé que : «Boubèye aime les pauvres. Il aide les pauvres sans démagogie. Donc, aujourd’hui s’il a besoin de nous, nous sommes à sa disposition».

Dans une intervention laconique, Boubèye a dit à ses supporters qu’il n’aime pas cette expression de «mourir pour lui». Mais qu’il souhaite qu’ils soient ensemble, main dans la main parce que pour lui «mourir pour lui» signifie se soumettre à lui alors qu’il entend avoir des collaborateurs et non des gens qui se soumettent à lui.

Dernière étape de cette visite, le foyer des jeunes de Quinzambougou (commune II) où l’attendait une foule nombreuse, mobilisée par Bagayogo. Dans la commune des fondateurs de Bamako, il y a eu des témoignages sur les services que Boubèye a rendus à la jeunesse et aux nombreuses associations de femmes.

Soulignons que son bras droit, Issa Diarra a partout exhorté les partisans de Boubèye à participer massivement au meeting du 25 novembre qui va enregistrer la participation non seulement des Bamakois, mais aussi des régionaux et des Maliens de l’extérieur.

Chahana TAKIOU

21 novembre 2006.