Partager

Elle est belle et séduisante et est particulièrement attirée par le métal maudit qui causa sa perte.On dénombre déjà de nombreuses plaintes contre elle pour être l’auteur présumé du vol de bijoux en or et d’objets divers d’une valeur cumulée de plus de 21 millions de F CFA. Les plaignantes se bousculent désormais à la porte de la Brigade d’investigation judiciaire où elle est retenue en attendant d’être présentée au juge.

Elle répond au nom de Safiatou Barry avec son air faussement innocent angélique. Sa stratégie pour dévaliser ses victimes était à la fois simple et audacieuse. Elle identifiait auparavant ses cibles et s’imprégnait de leurs habitudes avant de passer à l’action. C’est ainsi qu’elle se rendit, il y a deux mois environ, dans le domicile d’un particulier sis à Banankabougou.

Elle n’ignorait évidemment pas que le maître des lieux était absent et que, par conséquent elle avait à faire seulement avec le gardien et l’aide ménagère. Elle s’introduisit dans la maison et demanda à la bonne de lui vendre de la glace. Cette dernière lui signifia que la famille ne vendait pas cette marchandise et lui suggéra de se rendre dans une autre concession un peu plus loin.

La bonne s’en retourna à ses linges sales sans s’occuper davantage de la fille.

Elle, ne se retira, pourtant pas. Elle alla voir le gardien et suggéra à ce dernier, son sourire angélique aidant, d’aller lui acheter de la glace dans la famille indiquée. Voulant faire plaisir à la belle et séduisante demoiselle, le gardien s’en alla. Elle profita alors pour s’introduire jusque dans la chambre à coucher pour dévaliser la maison. Son flair de femme l’aida à situer avec précision l’emplacement des bijoux de madame correspondant à un 1 kilo d’or d’une valeur estimée à 15 millions de nos francs.

Elle disparut ensuite sans laisser de trace. Mais ses victimes, à savoir, le gardien et l’aide ménagère étaient susceptibles de la reconnaître.

Plus tard, toujours dans le quartier Banankabougou mais dans un autre secteur, elle refit le même jeu, ou presque.

Profitant de l’absence du maître des lieux, elle s’introduisit une fois de plus dans la chambre pour dérober une mallette contenant de l’argent, des bijoux en or et une camera de grande valeur avant de se retirer. Interpellée par la servante et les enfants (des adolescents), elle indiqua être la sœur de la maîtresse des lieux et d’être par elle envoyée pour récupérer la mallette. Elle se précipita alors et disparut.

Il y a environ dix jours, elle refit surface, cette fois-ci à Kalaban Coura. Même scénario. Elle déroba encore là encore des bijoux et de l’argent. Ici, c’est un maçon qui travaillait chez le voisin qui l’aperçut et fit même des remarques du genre, « jolie fille, tu ne veux pas d’un maçon ?». Ce n’est pas sa dextérité qui lui permettait de réussir ses coups, mais son audace. Les victimes se contentèrent sans grand espoir d’introduire leurs plaintes au niveau de la police.

Là où les choses vont commencer à se gâter pour elle, c’est quand elle déroba le téléphone d’une autre fille. Cette énième victime porta plainte à la Brigade d’investigation judiciaire où un certain Epervier du Mandé est serait réputé dans les affaires de cette nature. La victime ne se trompait pas. Les cherches commencèrent alors. Très vite, la suspecte fut identifiée et localisée puis conduite à la Brigade. A la faveur des investigations, le policier prit connaissance de ses fréquentations.

Elle était loin d’une sainte ! Mieux, son signalement correspondait à tous points de vue, à la présumée voleuses de bijoux en or à Banankabougou et à Kalaban-Coura. Appel fut lancé aux victimes. Dès que les témoins de ses forfaits l’aperçurent, elles la reconnurent au premier coup d’œil.

Mise devant le fait accompli elle avoua tout, confirmant du coup les déclarations des témoins. Elle avait vendu tous les bijoux à un bijoutier, la camera à un « ami », acheté des vêtements avec l’argent… Le total de son butin s’élève à plus de 21 millions F CFA, apparemment dilapidés en quelques mois entre amies et petits-amis. C’est tout simplement regrettable !

L’or, dit-on serait un métal maudit. Et sa malédiction tombe sur toute personne qui le dérobe. Et si c’était vrai ?

B.S. Diarra

Aurore du 09 Juillet 2009.