Partager

« Le gouvernement a décidé aujourd’hui (jeudi) d’extrader au Rwanda un citoyen rwandais soupçonné de génocide en 1994 », précise la ministre de la Justice Beatrice Ask, dans le communiqué. « Cette décision constitue un progrès positif (…) C’est l’une des preuves que le Rwanda remplit désormais toutes les conditions pour accueillir les présumés génocidaires », a réagi à Kigali le ministre rwandais de la Justice Tharcisse Karugarama. Le suspect s’était réfugié au Danemark en 2001 et avait été arrêté en juillet 2008 en Suède après avoir été reconnu à l’ambassade du Rwanda à Stockholm. Sylvère Ahorugeze est accusé d’avoir été un chef de la milice hutu Interahamwe, fer de lance du génocide, et d’être impliqué dans 28 meurtres de Tutsi commis le 7 avril 1994, des faits qu’il dément. Des associations de défense des droits de l’Homme, comme Amnesty International, se sont prononcées contre les extraditions de suspects vers le Rwanda, craignant qu’ils ne soient pas jugés équitablement. Mais mme Ask estime que la justice rwandaise a beaucoup évolué dernièrement.AFP.