Partager

S’il y a aujourd’hui une partie du Mali qui se sent complètement “perdue“, c’est bien la sous-préfecture de Ouenkoro (préfecture de Bankass, région de Mopti), tant il donne l’impression d’appartenir au territoire burkinabé, et pour cause : cette zone est si isolée qu’elle paraît coupée des réalités du pays.

Pourtant, Ouenkoro, il existe une administration complète et fortement représentée : sous-préfecture, douane, gendarmerie, garde… Mieux, un des fils du village de Ouenkoro siège (et cla pour la deuxième fois) à l’Assemblée Nationale : le député élu de l’URD, M. Hamidou Konaté.

Mais il n’empêche, aucune infrastructure routière digne de ce nom ne relie la sous-préfecture aux chefs-lieux de Mopti ou de Bankass. Pour joindre Bamako, il faut trois à quatre jours de voyage.

Ce qui fait que pour aller à Ouenkoro, tous les ressortissants de ce village résidant à Bamako, Sikasso et San sont contraints de perdre deux jours, en passant par le Burkina Faso et effectuant plus de 200 km.

La saison des pluies constitue l’un des plus grands obstacles pour atteindre cette localité. D’ailleurs, à cette période, tous les approvisonnements en nourriture proviennent du Burkina Faso.

En effet, le riz, l’huile, le sucre, l’habillement, les ustensiles ménagers sont achetés à Bobo-Dioulasso où les prix sont plus abordables que ceux en provenance de San et de Bamako.

Pourtant, la sous-préfecture de Ouenkoro est l’une des premières localités productrices de mil. Ce qui explique que les grands céréaliers de Mopti viennent s’y approvisionner pour l’exportation vers le Nord, et souvent même vers Bamako.

Aujourd’hui, dans toute la préfecture de Bankass, seul la sous-préfecture de Ouenkoro reste sans réseau téléphonique : pas de Malitel ni Ogange Mali. Aujourd’hui, sans moyens de transport adéquats, aucun ressortissant de la sous-préfecture de Ouenkoro résidant à Bamako ou ailleurs ne peut effectuer deux ou trois jours de voyage sans dommages.

En effet, l’enclavement total de Ouenkoro a donné lieu à toutes sortes d’abus et autres tracasseries de gendarmes, douaniers et même du sous-préfet sur la population. Et quand on sait que cette population est essentiellement composée d’agriculteurs et d’éleveurs, pour la plupart analphabètes…

Aussi faut-il songer à cette sous-préfecture qui semble aujourd’hui se trouver complètement hors du pays. Un pressant appel est donc lancé au Président de la République, au gouvernement, au ministère des Transports et de l’Equipement, aux deux sociétés téléphoniques, Orange et Malitel…

Comment comprendre d’ailleurs qu’un réseau Malitel se trouve dans la sous-préfecture de Sokoura, qui est pourtant situé à 16 km de Ouenkoro, alors son voisin n’en a pas? Du fait des tracasseries de la gendarmerie et de la douane, la foire hebdomadaire de Ouenkoro, animée en grande partie par les burkinabés, est en voie de disparition.

Pourtant, c’est l’opportunité, pour les populations environnantes, d’écouler leurs marchandises et d’effectuer des échanges commerciaux. Mais ces populations sont obligées de se deplacer sur 25 à 30 km, pour aller vendre leurs boeufs et autres produits en vue de pouvoir s’acquitter de leurs impôts et taxes.

Selon le chef de village de Ouenkoro, si les plus hautes autorités n’y prennent pas garde, cette situation risque de faire révolter les populations.

D’ailleurs, selon nos informations, une mobilisation générale est en train de s’organiser au niveau de la locatité. Pour mettre fin aux tracasseries des gendarmes et des douaniers, certains parents auraient déjà fait appel à leurs enfants partis en exode à Bamako, Abidjan ou Bobo Dioulasso.

Pire, dans la localité, on assiste aujourd’hui à une prolifération inquiétante de fusils et de pistolets artisanaux.

Si les élus municipaux et législatifs semblent avoir quasiment démissionné dans cette localité, il est du devoir de l’Etat d’intervenir au plus tôt. Car, jusqu’à preuve du contraire, Ouenkoro fait partie du territoire malien. En conséquence, son développement harmonieux doit être le souci des autorités maliennes.

Sadou BOCOUM

15 Mai 2008