Partager

Le premier des cinq groupes, d’une capacité de 11, 2 mégawatts chacun, que la Société burkinabé pour la production de l’électricité SOPAM a acheté et transféré de la Chine à Bamako, est arrivé, le mercredi 6 février, à destination, le site de la centrale à Sirakoro.

Les quatre autres moteurs, sont attendus successivement à Bamako du 23 février au 9 avril. Le processus d’installation de ces machines a déjà commencé. La Sopam a promis au département de l’Energie de mettre à la disposition de EDM-SA 56 Mw de courant en fin mai. Ce qui permettra à celle-ci de diminuer de façon sensible les délestages et autres coupures d’électricité en cette période de grande chaleur où la demande est très élevée.

Le projet de transfert, d’installation et d’exploitation en BOT de la centrale thermique au fuel lourd de cinq groupes de 11,2 mégawatts chacun que la Société burkinabé pour la production de l’électricité, SOPAM, a entamé au premier trimestre 2007 suit son cours normalement.

En effet, le mercredi 6 février, le premier groupe de la centrale transférée de la Chine à Bamako est arrivé à destination. C’est à dire sur le site de la centrale de SOPAM à Sirakoro. Les quatre autres moteurs sont attendus successivement sur le territoire malien entre le 23 février et 9 avril prochain.

Dès l’arrivée de cette première machine, l’opération d’installation a commencé. Les ingénieurs, les mécaniciens, les manœuvres sont à pied d’œuvre nuit et jour. Les responsables de SOPAM entendent rendre la fonctionnelle, au début du mois de mai, la centrale. Celle-ci mettra à la disposition d’EDM-SA environ 60 Mw. Lesquels vont aider la société à assurer la desserte des populations de Bamako et environs en électricité.

A rappeler que EDM-SA connaît, depuis 2005, la saturation de ses moyens de production sur le réseau électrique interconnecté et sur environ 12 des 19 centrales isolées. Il en résulte que la société est confrontée à un déficit de production depuis de 2006 à cause des demandes en forte croissance d’électricité.

Pour palier le déficit, il faut reconnaître que l’Etat a consenti des efforts importants. C’est ainsi qu’il a procédé à l’acquisition, en 2006, de huit groupes thermiques sur le budget national dont quatre ont été installés à Mopti et deux à Sikasso. De même, l’entreprise a engagé les travaux d’installation de huit autres groupes acquis sur le financement du gouvernement indien en vue de renforcer le réseau interconnecté d’EDM-SA.

Cependant, toutes ces mesures se sont révélées insuffisantes pour satisfaire la pointe de demande en 2007 à raison de la très mauvaise situation hydraulique qui a prévalu dans la retenue du barrage de Manantali. Pour résoudre cette question délicate, indispensable, pour le développement du pays, la direction d’EDM-SA, depuis quelques années, a prôné la stratégie de l’interconnexion avec les pays de la côte en général et celui-ci la Côte d’Ivoire en particulier.

Ce projet, estimé à environ 61 milliards de F CFA, portera la puissance électrique transférable au Mali de 80 Mw environ. Le lancement des travaux de ce projet s’est déroulé le 26 janvier 2008. Cependant, les Maliens doivent attendre deux ans pour consommer le courant qui proviendra de cette interconnexion.

Une fois que ces différents projets seront réalisés, le Mali va tourner la page des délestages. Cela va, sans doute, promouvoir l’installation des petites et moyennes entreprises et, du coup, booster la croissance économique.

Abdoul Karim KONE

08 Février 2008.