Partager

L’opposition, manipulée par lactivistes du PARENA, sous la houlette de Tièbilé Dramé, est en train de commettre une grave erreur politique, en exploitant la situation qui prévaut à Kidal comme fonds de commerce politique. Ses principaux animateurs sont en train de profiter de la défaite de l’armée malienne face aux groupes armés à Kidal pour se refaire une santé.

En effet, décidée à faire feu de bois de toutes les erreurs du pouvoir actuel, l’opposition risque de se discréditer aux yeux de l’opinion nationale et internationale si elle n’y prend garde. Elle veut politiser la situation qui prévaut à Kidal. La guerre qui nous a été imposé par les bandits armés du Mnla et leurs associés jihadistes et narcotrafiquants ne doit pas faire l’objet de querelles politiques et politiciennes. Car, elle concerne l’existence de notre pays en tant qu’Etat.

Face à cette situation, tout le peuple devrait faire l’union sacrée derrière nos autorités, en indiquant s’il le faut la voie à suivre. Au lieu de cette union sacrée, l’opposition est en train de manipuler, par ses activistes, en quête de renom politique. En effet, ils ont fait des recommandations extrémistes, allant jusqu’à demander la démission du Premier ministre Moussa Mara, nommé par un Président de la République qui a largement bénéficié de la confiance des Maliens.
Ils accusent le chef de l’Exécutif malien d’être le responsable de la mort des soldats tués au combat avec nos ennemis, pour s’être rendu dans la capitale de l’Adrar des Ifoghas. Au moment où la nation et l’existence de notre pays sont menacées, l’heure n’est pas à l’extrémisme. Tous les Maliens, de tout bord politique, comme cela se fait ailleurs dans d’autres pays, devraient taire leurs querelles partisanes pour s’unir derrière les autorités, en qui le peuple a largement confiance.

Chacun, en ce qui le concerne, doit abandonner son agenda personnel pour faire face à la situation actuelle. C’est comme cela que la communauté internationale pourra nous respecter. Mais, si nous sommes divisés, cela pourrait contribuer à renforcer l’ennemi. Après la guerre, si les responsabilités sont situées et qu’il s’avère que c’est le Premier ministre qui est en cause, on pourra alors fort logiquement réclamer sa tête. Et, à ce moment là, le Président de la République sera obligé de le démettre ou avoir le peuple sur son dos.

Cette attitude de l’opposition, incarnée par l’URD, le PARENA et le PRVM Faso Ko, n’est plus ni moins qu’une manière de forcer l’admiration du peuple du malien dans la perspective des prochaines joutes électorales. Le leader de l’URD, Soumaïla Cissé ne doit pas suivre Tièbilé Dramé dans cette aventure. Car, politiquement, le chef du parti du Bélier blanc est grillé.
Deux fois présent au second tour, durant les présidentielles de 2002 et 2013, le fondateur de l’URD doit s’inscrire dans une opposition constructive, en proposant une autre alternative au peuple malien. C’est comme cela qu’il va rassurer ceux qui ne croient pas en sa capacité à gouverner notre pays jusqu’à présent. Il doit éviter de laisser son principal challenger, après IBK, Modibo Sidibé, lui ravir la vedette auprès de l’opinion.

En effet, l’opposition modérée, représentée par les FARE de Modibo Sidibé, vient de leur administrer une belle leçon de démocratie, en faisant des recommandations pertinentes au Président de la République comme: «tirer, avec le gouvernement, toutes les conséquences de leurs actions, qui ont compromis les fragiles avancées dans la voie de la paix, porté atteinte à l’honneur de notre peuple et mis à mal la crédibilité du Gouvernement et l’intégrité de notre territoire; redonner du sens et de la cohérence à l’action gouvernementale, avec un cap clair et une gouvernance remodelée au profit des priorités et du développement, dire toute la vérité sur les événements en cours, en particulier les opérations militaires du 21 mai 2014 à Kidal, les termes de l’accord du cessez-le-feu signé par le Président de la République Islamique de Mauritanie pour le compte du Mali».

Pour l’instant, les FARE ne sont pas dans une logique d’extrémisme. Le parti de Modibo Sidibé se propose de présenter une autre alternative au peuple.

Youssouf Diallo

Le 29 Mai 2014