Partager

La Communauté de développement d’Afrique australe (SADC) a demandé « la levée de toutes les formes de sanctions jusqu’ici imposées au Zimbabwe » contre des entreprises ou des individus, à la clôture de son sommet annuel organisé à Lilongwe au Malawi. « Je crois que le Zimbabwe mérite mieux, les Zimbabwéens ont assez souffert, » a déclaré la nouvelle présidente de la SADC, la dirigeante du Malawi Joyce Banda. L’Union européenne avait suspendu en début d’année la plupart des sanctions imposées en 2002 et qui ne visent plus que dix personnalités dont Mugabe, toujours persona non grata, et deux sociétés. Les Etats-Unis avaient imposé en mars 2003 des sanctions contre Mugabe et une liste de ses proches. La SACD a loué le gouvernement du Zimbabwe « pour la manière pacifique dont ont été conduites les élections » et félicité Mugabe et son parti, la ZANU-PF, pour leur victoire. Manifestant davantage leur soutien à Mugabe, les dirigeants d’Afrique australe l’ont nommé président suppléant du groupe et ont décidé que le Zimbabwe accueillerait le prochain sommet de la SADC en juillet 2014. Le président du Botswana, Ian Khama, dont le pays avait demandé un audit sur la régularité de l’élection de Mugabe, l’a rencontré en marge du sommet, selon des sources proches du sommet. A 89 ans, Robert Mugabe est le plus âgé des dirigeants africains et va entamer son septième mandat, pour une durée de cinq ans. Il devrait prêter serment jeudi, a indiqué son porte-parole, George Charamba. AFP