Partager

Depuis 50 ans, les communautés de la région de Tombouctou nourrissaient le rêve du bitumage de leur route. Cette œuvre gigantesque est le fruit d’énormes sacrifices consentis par les forces armées et de sécurité ainsi que leur alliée de la Minusma. Aujourd’hui, l’axe Niafunké-Tombouctou se pratique (170 km) en moins de 2 heures ; Diré-Goundam -35 km- en 15 mn. Un immense soulagement pour des populations qui n’ont que trop souffert de l’enclavement. L’un des plus grands ouvrages entièrement reconstruit, c’est le pont de Tonka, qui permet désormais l’accès aux gros porteurs et facilitera le passage des animaux qui viennent du pâturage. Des ressentis des routiers, tous ont exprimé leur joie ; la joie pour la durée de vie de leurs véhicules ; la joie de dire au revoir aux escaliers ; et enfin la joie de transporter en toute sécurité les personnes et leurs biens. Le 17 de ce mois, la deuxième phase, à savoir Léré-Niafunké, commencera par le lancement des travaux. Autres grands chantiers en cours, la route Tombouctou-Kabara longue de 7 km et celle de Kabara-Koriomé sur une distance de 11 km. Les travaux de la route Tombouctou-Douentza sont prévus en janvier 2017.

Du 7 Septembre 2016