Partager

L’influent archevêque de Kinshasa, Laurent Monsengwo Pasinya, a qualifié mardi de « barbarie » la répression par les forces de sécurité de « la marche pacifique et non violente » des catholiques contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila. « Nous ne pouvons que dénoncer, condamner et stigmatiser les agissements de nos prétendus vaillants hommes en uniforme qui traduisent malheureusement, et ni plus ni moins, la barbarie », a déclaré le cardinal Monsengwo à la presse à propos de la répression des manifestations de dimanche qui a fait douze morts, selon les organisateurs. Dimanche, les forces de sécurité congolaises ont réprimé des messes dans des églises à coups de gaz lacrymogène et empêché des marches interdites après l’appel d’un collectif catholique à manifester contre le pouvoir. Cette répression a entraîné « la mort d’au moins cinq personnes » et fait « plusieurs blessés », selon l’ONU. Ce bilan est contesté par la police congolaise, selon laquelle « aucun mort » n’a été enregistré en marge de ces marches. Les organisateurs des manifestations évoquent quant à eux un bilan de douze morts en RDC. « Comment ferons-nous confiance à des dirigeants incapables des protéger la population, de garantir la paix, la justice, l’amour du peuple ? », s’est interrogé le cardinal Monsengwo qui a toujours joué un rôle de premier plan dans l’histoire de la RDC depuis la décennie 1990. « Il est temps que la vérité l’emporte sur le mensonge systémique, que les médiocres dégagent et que règnent la paix, la justice en RD Congo », a-t-il lancé..AFP