Partager

Il y a de cela 20 jours que la réfection des rues n°100 et 108 a commencé. Ces rues doivent être remblayées. En plus de cela, de part et d’autre de ces rues, des mini-égouts seront amenagés.

Signalons que ces mini-égouts s’inscrivent dans le cadre de la poursuite du projet mini-égouts lancé depuis bientôt deux ans.

Aujourd’hui, la société chargée de réaliser ces travaux est confrontée à une résistance de la part des populations

Pourquoi cette grogne?

La semaine passée, les caterpillars devant faire les travaux ont laissé après leur passage des élévations et des trous, empêchant du coup les propriétaires de maisons de faire entrer leurs vehicules dans l’enceinte de leurs concessions.

Il faut signaler que pendant ladite période, tous les véhicules ont passé la nuit dehors et avec cette insécurité grandissante, les populations ont frôlé la catastrophe.

Par ailleurs, les caterpillars, en faisant les travaux, ont écrasé les tuyaux de robinet. Ce qui occasionnera une pénurie d’eau pour certains habitants dont les maisons ne sont plus desservies en eau. D’autres ont vu la réduction du débit du robinet.

En plus du problème de desserte en eau, les tuyaux qui ont été écrasés, laissent couler de l’eau dans les rues; ce qui a rendu impraticables certaines d’entre elles. Il semble que ni la société adjudicatrice ni l’EDM-SA ne se soucie de la réparation de cette tuyauterie.

Sinon pourquoi attendre plus de deux semaines pour réparer quelque chose qu’on peut réparer en l’espace d’une heure?

Un jeune du quartier réplique et tient ces propos : “C’est parce que l’EDM-SA a de l’eau gratuite, qu’elle se comporte ainsi. Au moins, elle doit se soucier du coût d’amortissement des machines qui font la desserte en eau”.

Des arbres à abattre

Pour des besoins des travaux, l’entreprise chargée de l’exécution a également décidé d’abattre des arbres qui se trouvent devant les concessions.

A ce niveau, les populations opposent une résistance farouche à la société. Au moment où nous quittions les lieux, les travailleurs de cette société avaient mis une croix sur chaque arbre à abattre.

Signalons que la quasi-totalité des arbres de la rue 108 doit être abattue. Ce qui explique l’inquiétude et la grogne des habitants du quartier. Ils ne comprennent pas du tout pourquoi va-t-on abattre des arbres qu’ils ont eu à entretenir des décennies durant.

En plus de cela, l’ombre de ces arbres sert de lieu de sieste pour certains. C’est pourquoi ils se demandent où est-ce qu’ils vont mettre la tête après la coupure de ces arbres.

Quand nous quittions les lieux, les populations avaient commis des émissaires pour aller plaider leur cause auprès des autorités communales.

La société chargée de l’exécution des travaux semble avoir compris toute la portée de cette affaire et essaie de faire la sensibilisation à travers des personnes interposées.

Une chose est sûre, les prochains jours risqueraient d’être chauds si une solution consensuelle n’est pas trouvée.

Almamy SYLLA

27 septembre 2006.