Partager

Le gouvernement doit réduire de façon drastique les dépenses non vitales telles que les charges de téléphone, d’électricité, de carburant et de logement

1.1 S’agissant du téléphone, supprimer dans les services centraux des départements ministériels et dans les autres démembrements de l’Etat, les lignes fixes a abonnement mensuel y compris pour le ministre. Avec le développement de la téléphonie cellulaire, une dotation en carte devrait être allouée à chaque autorité centrale dans une fourchette comprise entre 10.000 et 75.000 FCFA. Les ministres et autres chefs de services centraux sont encourager à utiliser les nouvelles technologies de l’information, pour réduire les charges de communication, telles que les messageries mail, Skype, et même Facebook et Tweeter.

1.2 S’agissant de l’électricité, des mesures de réduction de la consommation doivent être imaginées et mises en œuvre par chaque consommateur privilégié. Des plafonds maximum de consommation doivent être fixés par centre de consommation.

1.3 Pour réduire les dépenses de carburant, l’état devrait réduire la taille du parc automobile au stricte nécessaire pour le fonctionnement des services. Se débarrasser de la quasi totalité des véhicules de fonctions. Supprimer les grosses cylindrées du parc et les couteuses limousines et créer un parc multiservices composé de minicar qui transportera les autorités à leurs postes de travail comme un service de ramassage scolaire. Les véhicules de fonction seront cédés au plus offrants.

1.4 Chaque agents de l’Etat bénéficiant d’un logement de fonction individuel, devra plutôt acquitter un loyer moyen mensuel en rapport avec le standing du logement affecté y compris les Présidents des institutions de la république. Les consommations d’eau et d’électricité dans les logements de services seront facturées aux bénéficiaires dans une fourchette à déterminer. Mais en aucun cas, ces consommations ne devraient être gratuites pour les occupants.
C’est un privilège d’être logé dans une glande agglomération, mais ceci a un coût.

1.5 supprimer les réunions dans lesquelles des perdiems sont payés sur le budget national et multiplier les vidéos conférences.

1.6 Tout le monde voyage sur les lignes commerciales y compris le président de la république en classe économique. Le sur classement en business sera a la charge du voyageur et non de l’Etat.

1.7 réduire la participation aux réunions internationales sauf si la charge est prise par le budget des organisateurs extérieurs
1.8 réduire les postes diplomatiques aux grandes capitales du monde a un maximum de 5 par continent. Affecter des diplomates de carrière et multilingues qui doivent couvrir les réunions a l’étranger pour le compte de l’Etat.

1.9 supprimer l’avion présidentiel. Le président voyagera sur les lignes commerciales ou en avion stop sur des vols avec ses collègues plus nantis. C’est un luxe pour un pays pauvre très endettés de faire voyager son Président ou son Pm sur un avion spécial. En outre le Président doit réduire au maximum ses déplacements sur l’étranger pour ne pas occasionner des frais inutiles pour le budget de l’Etat. Il faut mettre fin au spectacle affligeant ou les corps constitués sont appelés tous les 2 jours a l’aéroport pour saluer un président qui voyage sans arrêt au frais de l’état, souvent avec des copines, des amis d’enfance et autres courtisans.

L’état, ce n’est la propriété personnelle d’aucun élu. Si le Président souhaite inviter une personne à voyager avec lui, il acquittera sur ces deniers personnels le prix du billet allé et retour calculé sur la base d’un voyage sur une ligne commerciale.

Fini le temps ou un chef d’état ou de gouvernement utilise l’état pour combler son désir d’eco tourisme a l’échelle planétaire.

Nouhoum Dicko


Le scandale de l’opération pluies provoquées

Tous les jours qui passent, apportent son lot de révélations sur cette scandaleuse arnaque à l’eau de rose.

Ce qui s’est passé dans cette affaire dépasse tout entendement. Diagne Séméga que ATT avait affecté au ministère de l’équipement a imaginé toutes sortes de stratagèmes pour soutirer l’argent du contribuable malien Figurez vous, les trois avions servant a l’opération pluies provoquées avaient été achetés 1,5 millions de dollars pièce par l’Etat du Mali et mis a la disposition d’une structure privée pour fournir une prestation a l’état qui réglait les factures. Dans cette affaire le Mali a été saigné a blanc. Vivement un audit sans complaisance de ladite opération.

Le Prétoire du 26 Juillet 2012