Partager

La rébellion cherche à consolider son avancée autour du port de Brega dans l’Est libyen et affirme préparer une offensive vers Tripoli dans l’Ouest, cependant que la question du départ de Mouammar Kadhafi reste l’obstacle majeur à un règlement négocié du conflit. La situation a été « plus calme aujourd’hui et hier, les forces de Kadhafi (à l’intérieur de la ville) ne tirent plus autant, nous ne savons pas si c’est parce qu’elles n’ont plus de munitions », a déclaré Mohamed Zawi, un porte-parole des insurgés. Il a souligné que la progression des rebelles était ralentie par le déminage à effectuer. Sur le plan diplomatique, le ministre français des Affaires étrangères Alain Juppé a estimé mercredi que le colonel Kadhafi pourrait rester en Libye s’il acceptait de se tenir à l’écart de la vie politique, posant son retrait du pouvoir comme condition préalable à un cessez-le-feu. Le colonel Kadhafi a lui jugé que la bataille était « déjà tranchée » en sa faveur, excluant toute discussion avec ses détracteurs. Le colonel a multiplié les discours ces deux dernières semaines, s’adressant à des milliers de ses partisans réunis à chaque fois dans une des villes qui sont toujours sous son contrôle. AFP.