Partager

Et l’école est le premier espace du développement durable. C’est dans cet esprit que l’Association des Elèves et Etudiants du Mali (AEEM) a invité ses collègues du Burkina pour la première édition des journées de la solidarité et de l’intégration dont les travaux ont commencé hier, jeudi 20 juillet au Centre international de conférences de Bamako sous la présidence du ministre de l’Education nationale, Mamadou Lamine Traoré.

Cette rencontre de deux jours, entre les élèves et étudiants du Mali et du Burkina a pour thème : « l’école, un espace du développement durable ». C’est un espace d’échanges et de partage. Le Secrétaire général de l’AEEM, Safounè Togo a salué la présence de ses collègues du Burkina. Pour lui, cette rencontre permettra de renforcer leurs capacités dans le cadre du développement durable.

Quant au Secrétaire général de l’AEEM de l’ENI, Issa Diarra, à travers un bref discours il a salué la collaboration entre le ministère de l’Education et le Comité AEEM de l’ENI. Cela dans le cadre d’une école apaisée et performante.

Le ministre Mamadou Lamine Traoré estime qu’une intégration régionale passe tout d’abord par une intégration nationale. C’est pourquoi, il a invité les élèves et étudiants à faire en sorte que ceux de Kayes ou de Koulikoro puissent tisser un partenariat avec ceux de Gao et de Tombouctou. C’est en cela qu’on aura une véritable intégration. Notons que l’ancien ministre Zéni Moulaye animera une conférence afin d’éclairer les participants sur la question du développement durable.

Alou B HAIDARA

21 juillet 2006