Partager

Le lieu, le décor

lamatin1.jpgCrée en 1829, l’an V de la Dîna de l’empire peulh du Massina de Sékou Ahmadou de Sendégué, il faut retenir les périodes suivantes :
– coloniale, 1er février 1939, chef-lieu de canton de Ouroubé ;
– 1ère et 2ème républiques, érection en Chef lieu d’arrondissement en 1967 ; et
– 3ème république, chef-lieu de commune rurale à la faveur de la décentralisation, depuis 1999.

Situé à 8 km à l’est du lac Débo, Sendégué, avec ses 5.000 habitants vivant essentiellement d’agriculture, d’élevage et de pêche, ne connaît plus son rayonnement historique d’antan, conséquence des aléas climatiques, géographiques et sociaux.

Un geste anodin et …… le réflexe écologique
Face à cette double fête cité plus haut, l’occasion était inespérée de témoigner enthousiasme et joie.

Ainsi, les populations locales ont offert à ATT deux lamantins, fraîchement capturés dans les eaux du Niger.

A la fin de la cérémonie, ordre a été donné par le Président de relâcher dans les eaux du fleuve Niger, les deux lamantins.

Le chef de l’état a souligné le fait qu’il était extrêmement sensible à la présence au Mali de ces animaux extraordinaires qui, malgré toutes les contraintes auxquelles ils sont confrontés réussissent à survivre.

En dehors de leur milieu aquatique, ces animaux n’arrivent pas à survivre et finissent par périr.

Ainsi, ce réflexe écologique du Président est à saluer, lorsqu’on sait que la survie des lamantins est menacée par de multiples facteurs : chasse abusive, pêche intensive, pression humaine, et variations du niveau du fleuve qui réduit leur habitat.

Le lamantin, divinité aquatique ?

lamantin.jpgCes animaux étonnants ont inspiré les figures légendaires des sirènes. Divinités aquatiques maléfiques représentées avec un buste de femme et une queue de poisson, les lamantins étaient réputées séduire les navigateurs par leurs chants mélodieux.

Ensorcelés par leurs « lamentations », les malheureux marins se précipitaient dans les flots pour rejoindre ces merveilleuses créatures. Les scientifiques, ont depuis longtemps démythifié cet animal de mœurs très pacifiques.

Lamantin ou « Mah »

Enorme et inoffensif, le lamantin rappelle le phoque par sa forme. Son corps fusiforme est lisse, sa tête allongée porte un gros museau cylindrique, sa queue est une énorme pale arrondie, ses pattes antérieures transformées en nageoires sont terminées par une sorte de main munie d’ongles.

Ses formes grasses et arrondies rappellent la morphologie de ses énormes cousins : les éléphants de mer.

Ce mammifère herbivore au corps massif atteignant 4,6m de long et pesant jusqu’à 600 kg, est exclusivement végétarien et ne fait donc aucune peur ou concurrence aux pêcheurs.

Les femelles, ayant un seul petit tous les trois ans, ont des mamelles très apparentes. Leur façon d’allaiter son petit serait à l’origine du mythe des sirènes.

<font size=carte de lamantins en Afrique » title= »carte de lamantins en Afrique » class= »caption » align= »center » />

Mme Dominique Fauroux &

Cheich Abd El Kader, architecte

abdelkader@afribone.net.ml

abdelkader@Koulikoro.net.ml

30 juin 2005