Partager

En Guinée-Bissau, dorénavant la junte affirme être prête à revoir les modalités de la transition… Le Conseil de Sécurité de l’Onu a menacé les putschistes et leurs partisans de sanctions ciblées. Il faut se rappeler qu’une transition de deux ans avait été signée par les militaires et des partis politiques de l’ex-opposition. Revirement de situation donc puisque Manuel Serifo Nhamadjo, nommé président de cette transition, a lui-même annoncé qu’il refusait sa nomination. Une rencontre devait avoir lieu lundi à Conakry autour d’Alpha Condé, médiateur de la CEDEAO dans la crise bissau-guinéenne, mais elle a été annulée au profit du sommet de la CEDEAO de jeudi prochain à Abidjan. La Voix de l’Amérique