Partager

Quatre directeurs de publication : Sambi Touré (Info-Matin), Mahamane Hamèye Cissé (Le Scorpion), Birama Fall (Le Républicain) et Alexis Kalambiry (Les Echos) se sont retrouvés hier après-midi devant le procureur de la République près le Tribunal de la Commune III. Ils ont été inculpés de complicité de diffamation par fourniture de moyen dans ce qu’il convient d’appeler l’affaire SOD et conduits à la Maison centrale d’arrêt.

L’interpellation de nos quatre confrères survient une semaine après la mise sous mandat de dépôt de Seydina Oumar Diarra dit SOD par le même procureur Sombé Théra. Dans cette affaire, notre confrère est inculpé pour offense au chef de l’Etat, pour avoir traité un sujet de fiction intitulé : « La maîtresse du président de la République ! », donné en dissertation par un professeur de français à ses élèves de 10e. Il se dit que le procureur s’est autosaisi.

Il était 15 h 30 hier. L’arrestation soudaine de notre confrère Birama Fall du Républicain par des éléments du 2e arrondissement fait le tour des rédactions. A peine fini de disserter sur le sujet en essayant d’en savoir les motivations, nous voyons trois policiers habillés en civil faire irruption dans le bureau de notre directeur de publication, Alexis Kalambiry. Tout se déroule en un laps de temps.

Alexis n’a eu le temps que de remettre au secrétaire de rédaction des papiers qu’il était en train de relire. Il venait de recevoir une convocation signée du commissaire de la Brigade d’investigations judiciaires (Bij). Il sort avec ses interpellateurs sous nos regards circonspects. Une autre dame, policière venue en éclaireur était postée devant les portes de Jamana. La dame dans une Renault Clio blanche rebrousse chemin avec un de ses collègues. Les trois autres policiers embarquent dans le véhicule d’Alexis en direction de la Bij.

Une vingtaine de minutes plus tard, on apprend que notre directeur de publication a été conduit devant le procureur de la République en laissant sa voiture devant la Bij. Le directeur général de Jamana, Hamidou Konaté qui n’a pas assisté à l’arrivée des policiers dans son service rejoint aussitôt Alexis au tribunal.

On apprend par la suite que Mahamane Hamèye Cissé et Sambi Touré qui étaient à leur tour recherchés se seraient rendus d’eux-mêmes chez le procureur de la République. Les « quatre » ont été soumis tour à tour à un interrogatoire pendant plusieurs heures.

Ils ont été inculpés de complicité de diffamation par fourniture de moyen dans ce qu’il convient d’appeler l’affaire SOD et conduits à la Maison centrale d’arrêt. La vague d’arrestation opérée hier après-midi au sein de la presse privée est le signe avant-coureur du durcissement de ton du régime d’ATT. Plus qu’un durcissement, le pouvoir a jugé utile d’engager un bras de fer avec la presse hostile à la pensée unique ou qui refuserait d’être une brosse à reluire.

Le musellement de la presse n’est ni plus ni moins qu’un moyen pour le pouvoir en place d’occulter les vrais problèmes de la nation. ATT aurait dû faire mieux en trouvant des solutions aux préoccupations des populations confrontées à la cherté de la vie.

Dans la semaine de son investiture à la tête de l’Etat pour un second et dernier mandat, les prix des denrées de première nécessité, de l’électricité, de l’eau, du téléphone, des produits pharmaceutiques, des hydrocarbures, etc. ont connu une hausse vertigineuse.

L’UNTM a lancé un mot d’ordre de grève pour de meilleures conditions de vie aux travailleurs. Voilà à quoi devra s’atteler le régime au lieu de coltiner ses incapacités qui pèsent des tonnes à travers les intimidations tous azimuts.

Abdrahamane Dicko

21 juin 2007.