Partager


SADI participera-t-il ou non au prochain gouvernement ? Cette question fait actuellement l’objet d’une grande discussion au sein du parti. Et pour trancher, une conférence nationale a été convoquée.

Même si elle n’est pas inscrite à l’ordre du jour de la conférence nationale que le parti SADI vient de convoquer pour les 8 et 9 septembre 2007, tout porte à croire que la ques­tion relative à sa partici­pation au futur gouverne­ment de la République du Mali sera longuement débattue.

A la veille de la mise en place du nouveau bureau de l’Assemblée nationale qui sera suivie de la mise en place du nouveau gouvernement, le parti SADI, soucieux de respecter le jeu démocra­tique en son sein, a convo­qué une conférence natio­nale pour faire le bilan de sa participation au gou­vernement.

En plus du bilan, les responsables du parti du ministre Cheick Oumar Sissoko vont dis­cuter de la réorganisation de leur formation poli­tique sur le territoire malien.

Cela est devenu d’autant plus nécessaire que depuis la présiden­tielle de 2007, il ne se passe plus de jours que le parti n’enregistre de nou­velles adhésions de masse.

Pour preuve, les démissionnaires de la direction du parti Bara ont débarqué avec armes et bagages au SADI. Des dispositions ont été rapi­dement prises pour leur intégration dans les struc­tures de base en attendant le congrès prochain.

A l’instar des démis­sionnaires de la direction du parti Bara, la perma­nence du parti SADI se félicite de l’estime que les citoyens maliens accor­dent de plus en plus à sa formation politique. « La gestion de ces adhésions de masse nécessite une réorganisation du parti qui se soucie du quotidien du peuple malien dans son ensemble« , nous a déclaré un responsable proche du bureau exécutif national. Il s’est refusé à répondre à la question si le parti SADI participera ou non au futur gouverne­ment.

Mais du côté de Djélibougou, quartier qui abrite le siège du parti, les discussions sont ouvertes depuis quelques jours sur une éventuelle participa­tion du parti au gouverne­ment.

Certains respon­sables du parti sont hos­tiles à la participation de SADI au futur gouverne­ment. D’autres par contre sont favorables à cette participation au cas où le parti recevrait une propo­sition.

Et sans le dire clai­rement, la conférence nationale convoquée pour les 8 et 9 septembre pro­chain planchera sur cette question. C’est aussi une façon pour les respon­sables de la direction du parti de s’efforcer à res­pecter des principes démocratiques au sein de leur formation.

Ce sont environ 200 délégués en provenance de toutes les sections de l’intérieur et de l’extérieur du Mali qui sont convoqués pour cette conférence nationale capitale qui fera le bilan de la participation du parti SADI au gouverne­ment qui s’apprête à rendre le tablier.

L’appréciation que les délégués feraient de cette participation au gouver­nement aiderait sûrement les responsables du parti à se déterminer sur une éventuelle participation à un futur gouvernement.

Mais, le fait qu’il y ait des voix qui souhaitent la non participation du parti SADI à un futur gouver­nement est déjà une parti­cularité en soi dans le microcosme politique malien.

Au moment où la plupart des formations politiques se battent pour figurer en bonne place dans le futur gouverne­ment, le parti SADI tient à ouvrir une discussion démocratique sur la ques­tion.

Assane Koné

30 août 2007.