Partager

Mercredi, est né la nouvelle Société d’assistance aéroportuaire (ASAM-SA).
En effet, dans la salle de conférence du Grand hôtel de Bamako, l’assemblée générale constitutive de la Société d’assistance aéroportuaire au Mali (ASAM-SA) a eu lieu sous la présidence de Abdoulaye Koïta ministre de l’Équipement et des Transports.

La société d’assistance aéroportuaire du Mali, portée sur les fonts baptismaux, reste la première société anonyme du genre à voir le jour dans notre pays.

D’un capital de 1 milliard de Fcfa reparti entre l’État malien à hauteur de 51 %, les opérateurs privés nationaux à hauteur de 30 %, le partenaire technique et financier à hauteur de 15 % et les travailleurs à hauteur de 4 %, ASAM-SA, a pris le relais et s’occupera de l’assistance aéroportuaire dans notre pays.
Le groupe Europe Handling a la responsabilité de la société ASAM-SA.

Le groupe Europe Handling, partenaire technique et financier, choisi suite à un appel d’offres international, possède une expertise certaine, une grande notoriété dans le domaine de l’assistance aéroportuaire et présente toutes les certifications internationales relatives à l’assurance qualité.

Depuis 1998, ce groupe a créé sa propre structure de formation pour soutenir sa politique de spécialisation et de polyvalence des agents sur le terrain.

Konimba Sidibé, ancien ministre a été élu durant les travaux, comme représentant des opérateurs privés au Conseil d’administration qui comprend 7 membres, avec quatre représentants de l’État et un membre pour chacun des trois partenaires.
Le siège des travailleurs sera provisoirement occupé par la Société des aéroports du Mali, qui a souscrit au nom de ses employés.

Pour un bref rappel, l’assistance au sol des avions dans notre pays, est assez compliquée.

En effet, de 1961 à 1988, l’assistance au sol des avions a été l’apanage de la compagnie nationale Air-Mali, avant d’être confiée pendant une année (1988-89) à une structure intérimaire dénommée Service d’assistance à l’escale (SAE). Puis, elle a été confiée à la Régie administrative de services aériens (RASA).

Avec Malitas, entre 1990 et 93, l’expérience du privé s’est faite, avant que notre pays n’adhère à la multinationale Air Afrique, qui jusqu’en 2002, s’est occupée de la diligence des vols longs courriers et intra africains, alors que les vols nationaux revenaient à Air Mali.

Suite à la disparition de Air Afrique, afin de prévenir le risque de vide institutionnel auquel était exposée cette activité indispensable au transport aérien, la Régie administrative de gestion de l’activité d’assistance en escale (RAGGAE) a été créée par les autorités.

Tout en se réjouissant de la naissance de cette première grande structure dans un domaine spécifique que l’État et les privés ont su mener à bien, le ministre Koïta a salué ce partenariat qui ne peut que présager un avenir radieux pour le handling au Mali.

Concernant le sort des travailleurs de l’ancienne société de gestion, (RAGGAE), promesse a été faite par le ministre Abdoulaye Koïta, qu’une solution sera trouvée lors des négociations sociales prévues après cette assemblée constitutive.

Pour le ministre, le choix du groupe Europe Handling combiné à l’appui des autres actionnaires doit permettre à notre jeune société ASAM-SA et dans les meilleurs délais, de renouveler les équipements vétustes et obsolètes.

15 septembre 2006.