Partager

Plusieurs centaines de Ouest-Africains et d’Ivoiriens se sont rassemblés dimanche à Abidjan pour dire « non à la guerre » et à une opération militaire ouest-africaine destinée à chasser du pouvoir Laurent Gbagbo, dont la mouvance organisait la manifestation.

« Envoyer des militaires de la Cédéao » (Communauté économique des Etats d`Afrique de l`Ouest) en Côte d’Ivoire « mettrait en péril la vie » des millions de ressortissants de la région qui y vivent, a averti Emile Kima, figure de la communauté burkinabè dans le pays et de la mouvance pro-Gbagbo.

jpg_koudou-mouvance-2.jpgLa Cédéao a menacé M. Gbagbo de recourir à la force s`il refuse de céder le pouvoir à Alassane Ouattara, reconnu président par la communauté internationale.

« Il faut éviter absolument ce conflit », a lancé M. Kima lors de cette réunion au Palais de la Culture, décoré des drapeaux des pays d’Afrique de l’Ouest.

« L’Ecomog ne viendra jamais ici! », a-t-il assuré en référence à la mission de paix ouest-africaine envoyée au Liberia dans les années 1990, en appelant au « dialogue » entre les deux rivaux.

Au nom du président en exercice de la Cédéao, le numéro un nigérian Goodluck Jonathan, l`ancien président du Nigeria Olusegun Obasanjo effectuait ce week-end une visite surprise à Abidjan pour tenter de trouver une issue pacifique à la crise.

ABIDJAN (AFP) – dimanche 09 janvier 2011 – 21h50