Partager

Les ministres des Affaires étrangères de l’UE ont formellement approuvé, lundi à Bruxelles, le lancement de la mission de formation de l’armée malienne. Cette mission, baptisée EUTM, se traduit sur le terrain par un premier contingent de 70 militaires européens arrivés le 8 février à Bamako. Il sera rejoint dans les prochaines semaines par plus de 400 autres, dont quelque 200 formateurs.

Au moins 16 pays y participent. EUTM est dotée d’un budget de 15,1 millions de francs pour les frais généraux. Son mandat initial est de 15 mois, éventuellement renouvelable. La formation des militaires maliens pourrait avoir lieu au plus tard au mois d’avril 2013. Cette opération lancée dans le cadre de la résolution 2085 du Conseil de sécurité des Nations unies fait partie intégrante de l’approche globale de l’UE à l’égard de la situation au Mali et dans la région du sahel. Elle vise à contribuer à améliorer la capacité militaire des forces armées maliennes dans le but de leur permettre sous le contrôle des autorités civiles de rétablir l’intégrité territoriale du pays.

La haute représentante de l’union européenne, Catherine Ashton, a salué à l’occasion les Etats membres et les pays partenaires qui apportent leur contribution dans la formation de l’armée malienne. Avant d’ajouter » votre action énergique a permis que la mission soit déployée. EUTM Mali œuvrera en faveur de la stabilité au Mali et dans la région du sahel, aujourd’hui et pour l’avenir. Le respect des droits de l’homme et la protection des civils constitueront un volet important du programme de formation « .

EUTM Mali dispensera des conseils et une formation militaire aux forces armées maliennes y compris en matière de commandement et de contrôle, de logistique et de ressources humaines. Ainsi que dans le domaine du droit humanitaire international de la protection des civils et des droits de l’homme. Il est à préciser que la mission ne participera pas à des opérations de combat.

C’est un général français en l’occurrence François Lecointre qui est le commandant de la mission de l’UE dont les effectifs comptent environ 500 hommes. Le quartier général sera établi à Bamako tandis que la formation se déroulera à Koulikoro.

En tant que nation cadre, la France propose d’envoyer 150 personnes, assurant 22 des 60 postes de commandement ainsi qu’environ 50 postes de formateurs.

La mission commencera par assurer la formation de la chaîne de commandement avant de former les premiers bataillons en avril 2013.

Abdoulaye DIARRA

L’Indépendant du 19 Février 2013