Partager

meningite1.jpgJeudi, une conférence de presse sur la situation de la méningite cérébro-spinale dans notre pays, animée par le directeur national de la santé, le professeur Toumani Sidibé, a eu lieu dans les locaux de sa structure.

Étaient présents, le chef de la Division prévention et lutte contre la maladie (DPLM), le Dr Sory Ibrahima Bamba, et le médecin colonel Naouma Sylla de la section surveillance épidémiologique, relevant tous deux de la direction nationale de la santé.

Assurance a été donnée par Mr Sidibé, que la méningite cérébro-spinale, bien que sévissant actuellement au Mali, n’a pas atteint le stade d’épidémie.

Maladie infectieuse qui attaque les méninges, les membranes enveloppant l’encéphale et la moelle épinière, la méningite cérébro-spinale, survient généralement chez les enfants et est provoquée par le méningocoque A.

Les spécialistes distinguent des méningites causées par le pneumocoque et l’hémophilis influenzæ (HIB). D’ailleurs le vaccin contre le HIB a été introduit dans le Programme élargi de vaccination (PEV) de routine qui concerne les enfants de moins de 5 ans.

Ainsi, affirmation a été faite par le directeur national de la santé, que « Nous ne sommes pas dans une situation d’épidémie. Nous maîtrisons la situation, mais il faut expliquer que nous restons dans un système de surveillance épidémiologique où la vigilance s’impose à tous« .

Pour le chef de la Division prévention et lutte contre la maladie (DPLM), le Dr Sory Ibrahima Bamba, pour parler d’épidémie de méningite, il faut atteindre 10 cas par semaine et par tranche de 100.000 habitants ou enregistrer, pour les villages, un doublement des cas d’une semaine à l’autre.

La dernière épidémie de méningite en date au Mali remonte à 1997. A l’époque, 8.520 cas parmi lesquels 937 décès, avaient été enregistrés. En effet, les épidémies de méningite sont cycliques, elles reviennent tous les 10 ans, parfois tous les 5 ans dans les pays situés sur la ceinture méningitique.

En 2005, 530 cas de méningite cérébro-spinale dont 35 décès, avaient été enregistrés. Aujourd’hui, a expliqué Mr Sidibé, nous sommes en deçà de ces statistiques qui n’avaient pas, elles-mêmes, atteint le seuil épidémiologique de la méningite.

Selon les données enregistrées par la section surveillance épidémiologique de la direction nationale de la santé, à la date d’aujourd’hui, 391 cas de méningite cérébro-spinale dont 26 décès soit un taux de mortalité de plus de 6%, ont été enregistrés au Mali.

Toumani Sidibé a reconnu que ces chiffres, pouvaient préoccuper le citoyen moyen, mais, ces derniers, selon lui, ne sont pas du tout alarmants, a-t-il estimé.

Cependant, malgré le contrôle de la situation, un surcroît de vigilance et des mesures d’urgence sont nécessaires afin de circonscrire la survenue d’une éventuelle épidémie.

Comme mesures prises, nous avons : des vaccins qui ont été prépositionnés dans les différents centres de santé ; le renforcement de ces structures en médicaments pour assurer une prise en charge correcte des cas ; une campagne de vaccination de masse a été organisée dans les localités touchées par la méningite, avec 108.598 personnes dont 105.116 ont été vaccinées dans la seule région de Sikasso qui reste une des contrées les plus atteintes.

Assurance a été donnée par le directeur national de la santé que toutes les dispositions sont prises pour faire face à la maladie.

13 avril 2007.