Partager

La malnutrition devient la « nouvelle norme » dans le monde, l’obésité progressant pratiquement partout tandis que la dénutrition persiste dans les pays les plus pauvres, relève une étude dévoilée mardi.La communauté internationale ne réussira pas à mettre fin à la malnutrition d’ici à 2030 si elle n’agit pas plus vigoureusement, estiment les auteurs du Global Nutrition Report, document établi par un groupe d’experts internationaux financé par des fondations philanthropiques et des organisations publiques.Au moins 57 des 129 pays étudiés présentent des niveaux élevés tant de sous-nutrition – en particulier le retard de croissance et l’anémie – que d’obésité et de surpoids chez l’adulte, note ce rapport. »Une personne sur trois souffre de malnutrition », relève Lawrence Haddad, coprésident du groupe auteur de ce rapport et chercheur associé à l’International Food Policy Research Institute, citée dans un communiqué de presse. « En termes budgétaire, l’effort à faire reste « significatif » puisqu’il faudrait consacrer 70 milliards de dollars pour atteindre les objectifs de réduction en matière de retard de croissance, de malnutrition sévère, d’allaitement et de baisse de l’anémie.Le Global Nutrition Report fait un état des lieux annuel des objectifs de nutrition pris en 2013 par les membres de l’OMS à l’horizon 2025. AFP