Partager

Les deux associations de commerçants détaillants, locataires des Cours Peyrissac I, II, III et l’ancien Jigissèmè étaient réunies en assemblée générale mercredi 29 avril 2009.

L’objet de la rencontre avec les militants était de convenir sur le règlement des arriérés de location qu’ils doivent à Babou Yara. Ce dernier a adressé en fin d’année, à ses différents locataires, une lettre portant augmentation des frais de locations de 50 %, 80 % et 100 %, à compter de janvier 2009. Ainsi, certaines boutiques sont passées de 50 000 à 100 000 F CFA et de 95 000 à 200 000 F CFA, d’autres de 125 000 à 200 000 F CFA.

Les lettres remises par voie d’huissier sont de véritables sommations. Des commerçants détaillants, confrontés à la crise, accumulaient plusieurs mois d’arriérés avant même la mesure d’augmentation. La société immobilière chargée de l’encaissement des frais de location a refusé de prendre les paiements qui ne sont pas faits sur la base du nouveau tarif d’augmentation. Certains qui se sont du coup retrouvés avec de nouveaux arriérés, considèrent la nouvelle augmentation comme une épée de Damoclès au-dessus de leurs têtes.

L’Association des commerçants détaillants de la Cour Peyrissac I, II et III (Acodecop III) et l’Association des vendeurs de bonneterie et divers de Peyrissac I (AVBDP) ont ouvert les négociations avec Babou Yara qui est resté ferme.

L’assemblée générale a enregistré la présence de près de 300 personnes. Les présidents des différentes associations sont intervenus dans la voie de la conciliation. Une commission ad hoc chargée de collecter les arriérés de location engendrés par les augmentations a été créée. Elle va non seulement remettre à Babou Yara les créances des militants en retard de paiement, mais aussi engager avec lui des pourparlers pour qu’il revienne sur sa décision.

Babou Yaya qui a racheté les ex-immeubles Peyrissac et Jiguissèmé avec l’Etat malien après la vague de privatisations de 1980 dit n’avoir pas procédé à des augmentations depuis 1993, soit 16 ans depuis qu’il a mis les magasins en bail.

Affaire à suivre.

Abdrahamane Dicko

30 avril 2009