Partager

Depuis le mois d’avril 2009, la communauté internationale est confrontée à l’épidémie de la grippe AH1N1, encore appelée grippe porcine. La maladie signalée pour la première fois au Mexique, a déjà atteint 20 pays répartis sur 4 continents : Amérique, Europe, Asie et Océanie. En Afrique deux pays, l’Afrique du Sud et le Bénin, ont signalé des cas suspects en attente de confirmation par les laboratoires de référence.

Pour contenir la menace de la grippe porcine, de nombreux pays se mobilisent aujourd’hui à travers le monde. Bien vrai qu’aucun cas suspect n’a encore été signalé au Mali, les autorités ne veulent pas rester en marge de cette mobilisation.

A la 172ème réunion du comité technique de coordination pour la lutte contre la grippe aviaire (CTC), qui a réuni, le 6 mai 2009, trois ministres du gouvernement au ministère de l’élevage et de la pêche, Mme Diallo Madeleine Bah, ministre de l’élevage et de la pêche, a indiqué que le gouvernement, au dernier conseil des ministres, a instruit que le comité technique de coordination pour la lutte contre la grippe aviaire (CTC), élargisse ses activités et prenne en charge la grippe AH1N1

. Accompagné de Oumar Ibrahim Touré, ministre de la santé et Kafougouna Koné, ministre de l’administration territoriale et des collectivités locales, Mme Diallo Madeleine Bah a exhorté les membres du CTC, à continuer avec abnégation leurs activités en mettant un accent particulier sur un certain nombre d’aspect.

Ce sont : le renforcement de la surveillance épidémiologique des grippes, les échanges d’informations de manière hebdomadaire sur la situation de la maladie dans le monde, le renforcement du dispositif de protection, la constitution de stock de Tamiflu, le renforcement du contrôle au niveau des frontières et le renforcement des activités d’information et de sensibilisation sur les grippes. Mais, auparavant, madame le ministre a rappelé que la grippe AH1N1, apparue au Mexique, où elle aurait déjà fait plus de 30 morts, est aujourd’hui dans près de 21 pays.

Selon elle, l’organisation mondiale de la santé, après avoir admis que ce virus a clairement un potentiel pandémique, a appelé les Etats à ne pas baisser la garde face à cette affection qui a contaminé au moins 1085 personnes.

« Dans cette situation, il est essentiel que nous continuons à renforcer notre alerte et notre surveillance car la situation ne cesse d’évoluer et rester très préoccupante », a-t-elle déclaré. Avant d’ajouter que le risque du passage du virus de l’homme au porc et autres espèces animales est à prendre au sérieux si l’épidémie persistait et s’étendait à d’autres zones économiquement fragiles.

Elle a aussi indiqué que la viande de porc convenablement traité, ne présente pas de danger à la consommation. Selon elle, c’est pour cette raison que l’OMS, la FAO, l’organisation mondiale du commerce (OMC) et l’organisation mondiale de la santé animale (OIE) ont dénoncé le boycott du porc. Pour sa part, Oumar Ibrahim Touré, ministre de la santé, a axé son intervention sur la définition, les symptômes, le mode de transmission et la situation au Mali.

Selon lui, la grippe AH1N1 est une maladie qui affecte le système respiratoire et se manifeste par des symptômes que sont : la fièvre, les maux de tête, les courbatures, l’écoulement nasal, une toux, des éternuements, des nausées, un manque d’appétit, une diarrhée et des vomissements.

« Ils peuvent se compliquer par la pneumonie et les problèmes respiratoires », a-t-il déclaré. Avant d’ajouter qu’elle est transmise d’homme à homme par les gouttelettes émises, en toussant, en éternuant, en touchant des surfaces ou en rentrant en contact avec des objets contaminés.

« Il s’agit par exemple des contacts avec les mains, les poignets de porte et les mouchoirs en tissu ou en papier », a-t-il indiqué. En ce qui concerne la situation au Mali, il dira qu’aucun cas suspect n’a été détecté à ce jour, dans notre pays. Il a ensuite révélé que le diagnostic biologique de la grippe A ne se fait pas au Mali pour le moment. Pire, le ministre dira qu’il n’y a pas non plus de vaccin disponible, à ce jour

. « Mais, le Tamiflu, comme dans le cas de la grippe aviaire, est le médicament efficace pour la prise en charge », a-t-il indiqué. Avant de révéler que le stock de sécurité de Tamiflu de 9 740 comprimés est disponible au niveau du ministère de la santé.

« Un renforcement de ce stock est en cours », a-t-il déclaré. Le ministre de la santé a assuré de la disponibilité de quelques équipements de protection, de désinfection et de prélèvement, hérités de la gestion de la grippe aviaire. Par ailleurs, Oumar Ibrahim Touré a révélé que des instructions ont été données aux services sanitaires des différentes portes d’entrées du pays, afin de détecter tout cas suspect.

Il a indiqué que la formation a commencé, depuis le lundi 4 mai 2009, par les agents de l’aéroport international de Bamako-Sénou. « Le reste du personnel recevra une formation, ainsi que les agents chargés de la sécurité au niveau des frontières », a-t-il déclaré.

Mais, le ministre s’est plutôt étendu sur la prévention. Il a demandé aux personnes malades de rester à domicile et limiter autant que possible les contacts avec les autres. Après une suspicion d’infection, il dira qu’il est conseillé de rechercher des soins médicaux immédiatement.

Assane Koné

08 Mai 2009