Partager

Lors d’une rencontre de plus d’une heure, lundi 11 juin, François Hollande et Mahamadou Issoufou ont largement abordé la situation au Mali, la menace islamiste et la santé du président malien par intérim Dioncounda Traoré. Mais cet échange était aussi l’occasion de parler de l’exploitation d’uranium au Niger par le groupe nucléaire français Areva au Niger. Ils sont d’accord : le président français François Hollande et son homologue nigérien Mahamadou Issoufou ont souhaité qu’à l’avenir, les intérêts économique mutuels des deux pays soient préservés. Ce qui passe par le maintien de l’exploitation de la mine géante d’Imouraren, qui devrait permettre de produire 5 000 tonnes d’uranium par an. Prévu pour 2014, le début de cette exploitation pourrait même être accélérée, assure François Hollande. De son côté, Mahamadou Issoufou a également souligné, sans entrer dans les détails, la nécessité de poursuivre une coopération équilibrée et profitables aux deux pays : «Nous allons poursuivre cette coopération dans un esprit gagnant-gagnant». RFI