Partager

Dette extérieure du Mali

Le ministre des Finances, Abou-Bakar Traore et l’Ambassadeur de France au Mali, Michel Reveyrand de Menthon, ont signé et échangé hier les documents du protocole d’accord entre le Mali et la France portant sur l’annulation/conversion d’une partie de la dette monétaire due par le Mali à la France.

Le montant, estimé à 11, 5 milliards F CFA sera versé dans un compte spécial et utilisé, d’une part, sous forme d’appui budgétaire non affecté pour soutenir la mise en oeuvre du Cadre stratégique pour la croissance et la réduction de la pauvreté (CSCRP) et, d’autre part, sous forme d’appui budgétaire affecté au développement du secteur privé. La cérémonie s’est déroulée dans la salle de conférence du ministère des Finances.

La coopération entre le Mali et la France est au beau fixe. Abou Bakar-Traore, ministre des Finances et l’Ambassadeur de France au Mali, Michel Réveyrand de Menthon, ont signé et échangé hier les documents du protocole d’accord relatif à l’annulation/conversion de 11, 5 milliards de F CFA de la dette monétaire due par le Mali à la France sur la période 2008 2010.

Ce premier protocole, qui vient d’être signé, procède de la mise en oeuvre effective de la décision de la France d’annuler, en plusieurs étapes, la dette monétaire due par le Mali. Laquelle, rappelons le, résulte du solde débiteur du compte d’opérations de l’ex-Banque centrale du Mali auprès du Trésor français au moment de l’adhésion du Mali à l’Union monétaire ouest-africaine en 1984.

A en croire, le ministre Abou Bakar Traoré, cette dette, qui n’était pas éligible au mécanisme traditionnel de restructuration de la dette au Club de Paris, a bénéficié d’un traitement privilégié depuis 1984. L’orateur de soutenir son argumentaire en affirmant : « ce qui était un découvert, auprès du Trésor français au départ, a été consolidé et rééchelonné jusqu’en 2019.

Ensuite, la France a abandonné, en 1998, les intérêts sur cette dette. En 2002, la France a procédé également à l’annulation de 41% du stock de cette dette pour conforter l’Initiative PPTE en faveur du Mali. En 2003, elle a remis le service de la dette sur la période 2004-2007 ».

Rappelons-le, la présente opération d’annulation/conversion permet de mettre définitivement un terme à la dette monétaire.

Le stock de la dette monétaire qui est estimé à 114,1 millions d’euros soit 74,8 milliards de FCFA au 1er juin 2008, fera l’objet de trois conventions triennales d’annulation/conversion hormis la présente signature.

A travers le présent protocole, la France procède à l’annulation/conversion d’un montant de 17,6 millions d’euros, soit 11,5 milliards de FCFA entre 2008 et 2010.

Selon Abou Bakar Traoré, les montants ainsi annulés, à travers cette opération, seront versés dans un compte spécial. Ils seront utilisés, d’une part, sous-forme d’appui budgétaire non affecté pour soutenir la mise en oeuvre du Cadre stratégique pour la croissance et lu réduction de la pauvreté (CSCRP) et, d’autre part, sous forme d’appui budgétaire affecté au développement du secteur privé.

Par ailleurs, le ministre Traoré de soutenir que tous les traitements accordés, jusque-là, à la dette monétaire traduisent les efforts supplémentaires fournis par la France dans le cadre du désendettement et de la soutenabilité à long terme de la dette du Mali.

L’Ambassadeur de France au Mali, Michel Reveyrand de Menthon, a, de son côté, déclaré que son pays, à travers cette opération, vise à soutenir les efforts du gouvernement dans la lutte contre la pauvreté.

Pour terminer, il convient de souligner que la cérémonie a enregistré la présence des membres du cabinet du ministère des Finances, des représentants de l’Agence française de développement et de l’Ambassade de France.


Abdoul Karim DOUMBIA

16 Juillet 2008