Partager

La future Force ouest-africaine destinée à aider à la résolution de la double crise malienne a déjà un nom, la Micema (Mission de la Cédéao au Mali). Une cinquantaine d’officiers militaires et de police de la Force en attente, ainsi que des pays partenaires planchent depuis hier mardi à un plan pour permettre son déploiement. Brandi par les chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao depuis que le nord malien est sous le contrôle de groupes rebelles, le déploiement de cette force ouest-africaine doit être imminent, selon le chef d’état-major de l’armée ivoirienne, le général Soumaïla Bakayoko, qui souligne la Force a été «préparée en vue de son engagement au Mali» et que «les autorités de la Cédéao sont en attente de la requête des autorités maliennes pour engager la Micéma». L’état-major permanent de la Force en attente de la Cédéao doit donc proposer les effectifs de la future force. Selon une source proche du dossier, le total de 3 000 hommes évoqué fin mars pourrait être triplé. La Cédéao fournira les hommes, mais elle demande aux partenaires, que sont notamment les Nations Unies, l’Union européenne, les Etats-Unis ou la France, une aide logistique. RFI