Partager

Le 2 Mai 2008, à la Maison de la Presse, les responsables de la fondation ASHOKA ont organisé une rencontre animée par son président au Mali, M.Souleymane Sarr, en présence de la présidente de la Coordination Afrique, Mme Diallo Violette Diallo et d’autres membres de la fondation.

Le but de ce point de presse était d’informer l’opinion nationale et internationale sur cette fondation, son rôle, ses missions et objectifs.

Selon le principal conférencier, M. Souleymane Sarr, la fondation Ashoka est une organisation internationale indépendante, apolitique, non confessionnelle et à but non lucratif, fondée en 1980 en Inde par Bill Brayton.

Elle propose un soutien aux entrepreneurs sociaux innovants, dans le but d’augmenter leur impact sur la société et dans des domaines comme l’éducation, la formation, la santé, la lutte contre les discriminations, la défense de l’environnement, le développement durable, les droits de l’homme…

“L’objectif de l’association est de contribuer à la structuration et au développement du secteur de l’entréprenariat social au niveau mondial. Nous sommes convaincus que la constitution d’une masse critique d’entrepreneurs sociaux est une étape cruciale vers la création d’une société plus prospère et plus juste”, a déclaré M. Sarr.

C’est ce qui a entraîné la création de la fondation ASHOKA en Afrique, en 1990. Aussi, la coordinatrice de la fondation, Mme Diallo Violette Diallo, affirmera que l’arrivée de l’association en Afrique permettra de repérer d’abord, ensuite de financer et accompagner des entrepreneurs sociaux porteurs d’innovations pour qu’ils démultiplient leur impact social.

Rappelons que la fondation ASHOKA est financée en totalité par des fonds privés provenant notamment d’entrepreneurs du monde des affaires. De nos jours, plus de 250 innovateurs sont présents et actifs dans plus de 17 pays africains. Ainsi, des bureaux régionaux d’ASHOKA sont basés au Nigéria, au Sénégal, au Kenya, en Afrique du Sud, et tout particulièrement au Mali.


Pourquoi ASHOKA?

ASHOKA est le nom d‘un empereur indien qui vécut en 304-232 avant Jésus Christ .Il était le 3e empereur Maurya, et a régné sur la majeure partie du sous-continent indien, c’est-à-dire, de l’actuel Afghanistan jusqu’au Bengale et au Sud (actuelle Mysore).

Après un règne autoritaire empreint d’horreur, l’empereur fut saisi de remords, suite à sa conquête sanglante du Kalinga, sur la côte Est de l’Inde. Ainsi changa-t-il complètement de politique, en prônant la paix, la non violence, la compassion et le végétarisme.

Plusieurs actions concrètes

Beaucoup d’actions concrètes ont témoignent de la volonté de réepentance d’ASHOKA. Entres autres, la rénovation des routes principales de l’Inde, l’érection d’une quantité impressionnante de stèles et de bâtiments (dont des hôpitaux pour animaux), l’adoption d’une loi sur l’écriture indienne, (le brahmi) dont dérivent les écritures modernes.

L’instauration de la domination britannique a permis l’épanouissement de la renommée d’ASHOKA, et son oeuvre occupa une place prépondérante dans l’histoire indienne. Aussi,s’inspirant de ces initiatives, Bill Drayton décida de créer, en 1980, une fondation baptisée ASHOKA en vue de perpétuer les idées et oeuvres de l’empereur.


De rigoureux critères de sélection

Pour intégrer le réseau mondial ASHOKA, le candidat doit proposer une idée nouvelle, une nouvelle solution ou une nouvelle façon d’aborder un problème social à même de changer la tendance dominante dans un domaine. La personne postulante doit avoir une vision de réforme du système d’éducation ou de santé qui promet de changer les écoles ou les cliniques, dans l’ensemble de son pays ou de sa région.

Pour M. Sarr, les membres d’ASHOKA s’attaquent à la cause profonde d’un problème, plutôt que de chercher à en panser les plaies. Ainsi, les candidats, qui sont avant tout des entrepreneurs sociaux, doivent être créatifs, et visionnaires, tant dans les objectifs qu’ils se fixent que par la manière qu’ils choisissent pour résoudre ledit problème.

Aussi ils doivent avoir un esprit entrepreneur qui présente un tempérament foncièrement entrepreneur,
être des personnes habitées par une idée et qui vont persévérer pour l’affiner, la tester, afin qu’elle devienne la nouvelle tendance dominante de la société, dans son ensemble.

Un autre critère retenu, c’est l’impact social de l’idée. En effet, pour réussir, l’entrepreneur social a davantage besoin d’être une personne combative, dotée d’une idée nouvelle, puissante et pratique, qui se diffusera de par son propre mérite.

Enfin, c’est le critère de l’éthique qui parait fondamental. Selon M. Souleymane Sarr, la fondation ASHOKA ne soutient pas les projets élaborés par les élus sélectionnés, mais leurs idées. Mais elle permet de servir d’interface entre les projets et les partenaires techniques et financiers. C’est dire qu’ASHOKA peut aider ces projets à avoir plus de fonds pour leur fonctionnement harmonieux.

C’est pour cela que pour prétendre être retenu, il faut que le candidat soit totalement disponible et libre de toute contrainte extérieure. “Je vous rappelle que j’étais fonctionnaire de l’Etat et membre d’une ONG. Avec mes idées, et lorsque j’ai su que ASHOKA existe,
je n’ai pas hésité à démissionner pour me consacrer entièrement à la promotion de mes idées, depuis 1992”
, a révélé M. Sarr.

Le rendez-vous de Dakar

Notons que du 6 au 9 Mai 2008, des innovateurs élus de 2007 en Afrique vont se rencontrer à Dakar (Sénégal). Ils seront venus du Kenya, de l’Ouganda, de la Tanzanie, de l’Afrique du Sud, du Zimbabwé, du Burkina Faso, du Sénégal, du Nigéria, du Mali. La rencontre aura pour objectif de présenter les innovateurs africains, faire connaître les programmes d’ASHOKA et surtout, intégrer les nouveaux fellows (camarades) du réseau ASHOKA.

Grâce surtout au monde des affaires, la redynamisation et l’approfondissement des relations accroît les opportunités de financement et les partenariats stratégiques pour ASHOKA en Afrique. Enfin, il s’agira enfin d’introduire les innovateurs dans une communauté globale d’entrepreneurs sociaux, d’investisseurs et de partenaires stratégiques potentiels.

Au cours de la rendez-vous de Dakar, des rencontres seront initiiées, avec des thèmes variés à l’ordre du jour. Ainsi, des ateliers d’orientation, des thèmes “Entreprendre ensemble pour l’Afrique ”, des réflexions sur les médias alternatifs. 24 nouveaux fellows innovateurs nouvellement élus dans le programme seront présentés, 30 fellows du Sahel et 50 entrepreneurs privés seront présents à cette entrevue de Dakar.

Selon Mme Diallo Violette Diallo, un nouveau programme sera lancé par l’ASHOKA pour l’entreprenariat social dans le domaine du journalisme. “ Ce projet aura pour but d’identifier, d’encourager et d’appuyer des approches novatrices en matière d’information”, a-t-elle déclaré.


ASHOKA-Mali

Au Mali, ASHOKA est représenté par un réseau dit ASHOKA-Mali présidé par M. Souleymane Sarr et regroupant 12 personnes, toutes élues comme membres de la fondation. Ils évoluent dans les domaines de l’éducation, de l’environnement, des droits humains, des droits des aides ménagères, de la femme, de la jeune femme et de l’enfant, de l’accès aux soins de santé, de la génération de revenus, de la microfinance et de la formation professionelle.


Sadou BOCOUM

05 Mai 2008