Partager

La Fédération Internationale de Football Association (FIFA) vient une fois de plus de désavouer le Collectif du 11 juillet. Répondant à la lettre envoyée le 4 juillet dernier à propos de la mise en place d’un comité transitoire en lieu et place de l’actuel bureau fédéral dirigé par Hammadoun Kolado Cissé, le Secrétaire général de l’instance suprême du football mondial, Jérôme Valcke a été pourtant très clair : « l’Assemblée générale ordinaire pour le renouvellement se tient après la fin de l’année financière, selon les statuts ». En d’autres termes, l’actuel comité exécutif est légitime et il a les pleins pouvoirs de tenir l’AG élective les 5 et 6 octobre 2013 à Mopti.

Décidément, la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) est très préoccupée ces derniers temps par la “ soi-disante ” crise entre la Fédération malienne de football et le Collectif du 11 juillet. Après la lettre de la FIFA adressée au Secrétaire général de la Fédération malienne de football, Boubacar Thiam, le 3 juillet dernier, pour la tenue de l’Assemblée générale ordinaire, les 5 et 6 octobre, le Collectif du 11 juillet avait à son tour envoyé une correspondance à l’instance dirigeante du football mondial pour savoir le sort réservé à l’équipe dirigée par Hammadoun Kolado Cissé, après le 12 juillet 2013. Selon le Collectif, le mandat du comité exécutif devrait prendre fin, le 11 juillet à 23h 59 mn au motif que l’actuel patron du football malien a été élu le 12 juillet 2009 pour un mandat de 4 ans.

Son assemblée générale extraordinaire convoquée pour le 12 juillet dernier au Patronat ayant échoué suite à la fameuse lettre de la FIFA du 3 juillet, le Collectif avait demandé la mise en place d’un collège transitoire pour organiser l’Assemblée générale pour le renouvellement. Sur le sujet, la FIFA a été très claire dans sa réponse du 11 juillet. Selon le Secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke, il n’est pas question de mettre en place un comité transitoire puisque le Comité exécutif de Malifoot est légitime jusqu’au renouvellement du bureau. En d’autres termes, l’équipe de Hammadoun Kolado Cissé a les pleins pouvoirs d’organiser l’Assemblée générale ordinaire les 5 et 6 octobre à Mopti.

Dans sa réponse au Collectif du 11 juillet, le Secrétaire général de la FIFA précise : « nous saluons votre décision de vous ranger à la voie consensuelle en ayant décidé d’annuler l’Assemblée générale extraordinaire que vous aviez convoquée pour le 12 juillet. Comme indiqué dans notre courrier du 3 juillet 2013 adressé à la Fédération Malienne de Football dont vous avez reçu copie, les élections que vous pensiez organiser auraient été sujettes à polémiques du fait qu’elles n’auraient pas rempli certaines obligations statutaires. Nous comprenons aussi de vos propos que vous étiez davantage mû par des inquiétudes sur la légitimité du Comité exécutif.

Les arguments des uns et des autres à cet égard contiennent une certaine légitimité à l’image de l’interprétation du fait que les nouveaux statuts prévoient que l’Assemblée générale se tienne après la fin de l’année financière (le 30 septembre). C’est pourquoi, nous estimons que le consensus est la meilleure solution et nous n’avons aucune objection à ce que le comité exécutif actuel termine son mandat au sortir des élections qui auront lieu lors de l’AG des 5 et 6 octobre 2013″ a déclaré Jérôme Valcke.

La question qui est sur toutes les lèvres depuis le week-end, est bien l’avenir du collectif du 11 juillet, qui avait décidé de faire partir le bureau de Hamadoun Kolado Cissé par un coup de force en créant une crise qui ne dit pas son nom.

Le collectif des 11 clubs pétitionnaires devenu plus tard collectif du 11 juillet va-t-il encore changer de nom ou disparaitre dans la nature ? D’ores et déjà, plusieurs membres commencent à se désolidariser après les différentes lettres de la FIFA. « Ils nous ont mis dans l’erreur. Ils nous ont trop menti en faisant croire aux gens qu’on va faire partir l’équipe de Hammadoun Kolado Cissé en lui mettant la pression. Je pense que c’est fini maintenant. En tout cas, nous allons prendre notre responsabilité. Il ne faut pas que ces gens nous considèrent comme membre du collectif » nous a confié l’un des membres du Collectif.

Alou B HAIDARA

L’Indépendant du 15 Juillet 2013.