Partager

La salle de spectacle du Centre Culturel Français de Bamako a servi de cadre à un point de presse organisé à l’occasion de la fête de la musique du 21 au 23 juin et celle du cinéma du 24 au 25 juin. Cette rencontre a démarré par les mots de bienvenue du Directeur général du Centre Culturel Français (CCF) de Bamako, M. Jean-Luc Ballet qui, tout de suite, a enchaîné par l’exposé sur la fête de la musique et les différents préparatifs pour cette manifestation. La fête de la musique qui est à sa 25ème année, n’est qu’à sa 5ème édition dans notre pays.

En effet, cette fête est de loin négligée dans notre pays et est considérée comme un festival de seconde main, d’où la méconnaissance de cette fête par le public malien. La fête de la musique est lancée pour la première fois le 21 juin 1982 pour le solstice d’été, nuit païenne se référant à l’ancienne tradition des fêtes de la Saint-Jean.

DE NOUVELLES TENDANCES MUSICALES

Depuis son origine, la fête se veut porteuse des nouvelles tendances musicales : développement des musiques du monde et des chorales, apparition du rap, de la techno, présence importante du rock et du punk, apparition des arts de la rue. La fête s’est développée autour de plusieurs principes fondateurs toujours à l’oeuvre aujourd’hui. La valorisation des amateurs et de leur pratique musicale la gratuité, l’expression de toutes les musiques, sans hiérarchie de genres, l’extension à l’ensemble du territoire l’appel à la fête.

D’une fête française, la fête de la musique est due à une internationale à partir de 1985 à l’occasion de l’année européenne de la musique. Depuis, elle se développe aujourd’hui dans près de 130 pays et 250 villes à travers le monde et sur les 5 continents, chaque édition reliant d’autres villes où de nouvelles régions du globe. C’est l’une des rares manifestations culturelles, sinon la seule à dépasser les frontières, les langues et les écritures.

A L’AFFICHE TOUTES LES MUSIQUES D’AUJOURD’HUI

Chaque 21 juin, la planète entière qui se réjouit de la possibilité offerte à tous d’apprécier dans un esprit de fête et de gratuité, toutes les musiques d’aujourd’hui. Pour le 25ème anniversaire de la fête de la musique, la 5ème édition dans notre pays, le CCF et le studio Blomba, la nouvelle boîte de nuit du quartier.

Faladiè s’associent pour organiser une belle fête des musiques urbaines. Une nuit de concert intense et festive avec 3 groupes novateurs et engagés à savoir Gerebou Kounkan, Amkoulel, Kwal, et Lassyking Massassy plus beaucoup d’autres artistes.

Cela se fera au studio Blomba le jeudi 21 et le samedi 23 juin c’est le show des 3 MA issus du Mali, Ballaké Sissoko, du Maroc, Driss El Maloumi et de Madagascar au CCF de Bamako. La deuxième phase de cette rencontre s’est déroulée autour de la fête du cinéma qui se déroulera du 24 au 26 juin.

LES FILMS PLUS RECENTS

La première fête du cinéma a été lancée le 14 juin en France à l’initiative de la fédération nationale des cinémas français (FNCF) dans le but de permettre au plus grand nombre de voir les films les plus récents. Aujourd’hui, elle est l’opportunité de revivre ou de découvrir des films provenant du monde entier. Art populaire par excellence, le cinéma devient alors l’occasion d’une gigantesque fête devenue un grand événement international.

Une découverte de la création cinématographique contemporaine. Il sera aussi possible de se rendre dans 11 quartiers de Bamako pour apprécier gratuitement des films récents, des classiques du cinéma africain, des comédies, des drames des thrillers, c’est-à-dire tout ce qui fait la diversité du cinéma d’aujourd’hui. Pour réunir cette importante opération, le CCF s’est appuyé sur de nombreux opérateurs culturels et des relais du cinéma malien.

Le cinéma numérique ambulant, le studio Blomba, Kourtrajmé Afrika, le carrefour des jeunes, les quartiers Bamako-Coura, Missira et Banconi, les cinémas Foula Ciné et Kondjiri Ciné et le Centre national du cinéma malien.

Moussa KONDO (Stagiaire)

20 juin 2007.