Partager

La Fédération Malienne de Football vient de formuler douze recommandations pour sortir notre sport-roi de l’ornière. C’était au cours d’une réunion qui s’est tenue, le jeudi 21 février, au siège de la Fédération en présence des présidents des Ligues et des Clubs de première division.

La réunion de crise que la Fédération Malienne de Football a initiée, le jeudi 21 février, à son siège, avait pour but de trouver des solutions idoines pour que le football malien puisse connaître un nouvel élan, après la débâcle des Aigles du Mali à la 26ème Coupe d’Afrique des Nations. On se souvient que le Mali a été éliminé, dès le premier tour de cette compétition. Cette rencontre a regroupé les présidents des Ligues et des clubs de première division. Selon nos informations, la réunion s’est déroulée dans les meilleures conditions sans incident.

Au finish, plusieurs recommandations ont été formulées qui s’articulent autour de douze points. Le Comité exécutif de la Fédération Malienne de Football sous l’égide de son président, Salif Kéïta a décidé de changer l’entraîneur national des Aigles du Mali Jean-François Jodar. Selon des sources proches du bureau fédéral, une lettre a été déjà adressée au ministère de la Jeunesse et des Sports pour remercier le technicien français dont le contrat court jusqu’au 30 juin 2008.

Le bureau fédéral veut immédiatement un nouvel entraîneur pour le remplacer. Et tout dépendra du ministre Hamane Niang et son équipe. Pour ce faire, la Fédération envisage de procéder à la rémobilisation des joueurs, d’élaborer avec le département des sports un cahier de charges afin de clarifier les rôles de chaque partie dans la gestion du football, de finaliser avec l’Iran le cadre partenarial.

Un séminaire sur la réforme du football sera organisé dans les meilleurs délais. Idem pour la nomination des entraîneurs de petites catégories pour une longue durée. Le bureau fédéral veut désormais assurer le financement des championnats régionaux toutes catégories confondues.

Le souhait le plus ardent de Salif Kéïta et de son équipe, c’est l’implication des grandes sociétés et banques dans le sponsoring des clubs. La Femafoot veut également diligenter la signature du contrat avec Orange-Mali. Lequel contrat était pris en otage par Malamine Koné, qui détient un contrat d’exclusivité avec rang de Conseiller spécial auprès de la Fédération.

D’après nos informations, le département des Sports a donné son accord pour la signature du contrat avec Orange-Mali. Il semble que Malamine Koné ait également donné son accord pour les négociations.

Alou B HAIDARA

26 Février 2008.