Partager

Des moyens et des informations pour lutter contre le trafic illicite et la contrefaçon de la cigarette

Le Directeur général de la douane, le Colonel Amadou Togola et le Directeur sous régional pour les pays de l’UEMOA de British Américan Tobacco (BAT), Alastair Jamieson ont signé, hier lundi 18 août, à l’hôtel Radisson sis à l’ACI 2 000, un protocole d’accord.

En vertu de ce document paraphé en présence de leurs proches collaborateurs, BAT s’engage à renforcer les capacités opérationnelles des agents de la douane et à mettre à leur disposition des informations et les renseignements nécessaires sur les filières de trafic illicite et de contrefaçon de la cigarette au Mali.

Déjà hier, BAT a remis à la douane un véhicule 4X4 neuf.
e commerce illicite du tabac représente une part importante du marché de ce produit. Selon les estimations, il porte sur environ 6% de la consommation mondiale et constitue une part importante des transactions au Mali.

La contrebande et la contrefaçon sont des activités criminelles contre lesquelles British American Tobacco (BAT) travaille depuis des années avec les gouvernements pour contenir ces phénomènes, qui en plus d’avoir un effet défavorable sur les affaires, privent les Etats d’importantes ressources tout en exposant les consommateurs aux risques de ces produits qui ne répondent pas aux normes.

D’après le Directeur sous régional du BAT pour les pays de l’UEMOA, «les revenus éludés chaque année du fait des transactions illicites des produits du tabac sont estimés à plus de 20 milliards de dollars américains à l’échelle de la planète. Ce qui lui fait dire que «la nature et l’importance des enjeux commandent des actions diligentes et concertées» entre les sociétés de tabac et les services de contrôle et de répression.

Ce cadre formel de partenariat entre la douane malienne et BAT est alors la bienvenue. Ainsi, en fonction de ce protocole, British American Tobacco va renforcer les capacités opérationnelles des agents de la douane – tant au niveau de la formation, notamment en matière de contrefaçon que de la logistique – et aussi les deux parties vont échanger les informations et renseignements sur les filières de trafic et de contrefaçon de la cigarette.

Un tel partenariat avait déjà été expérimenté.
En effet, en 2005, grâce à une collaboration parfaite entre les deux parties, 8 550 000 tiges de cigarettes avaient été saisies dans notre pays.

Des résultats assez encourageants pour les services de douane. Pour le Directeur général de ce service central, en matière de protection du territoire contre la contrefaçon et le trafic illicile, le Colonel Amadou Togola, «la signature de ce protocole d’accord constitue une avancée majeure dans la mise en œuvre des relations de partenariat avec le secteur privé, conformément à une recommandation forte de l’Organisation mondiale des douanes (OMD)».

Lutter contre le trafic illicite et la contrefaçon de la cigarette est une mission essentielle de la douane. Le Colonel Amadou Togola a aussi déclaré que lutter contre la contrebande du tabac et ses sous produits, c’est mobiliser davantage de ressources pour le Trésor public, c’est permettre la mise en œuvre correcte des différents programmes de développement économique et social, c’est également protéger la santé des consommateurs et c’est surtout protéger le commerce licite et les industries nationales. Le tabac et ses sous produits constituent des produits à fort rendement fiscal pour notre pays.

Selon le Directeur général de la douane, le tabac constitue le 5ème produit pourvoyeur de recettes pour le budget de l’Etat. En 2007, ces produits ont procuré environ 8,5 milliards de FCFA à l’Etat. Et pourtant, a souligné le Colonel Amadou Togola, «la cigarette constitue le produit où la propension à la fraude est la plus élevée.

Les statistiques de la douane indiquent un niveau de fraude de 40% de la consommation nationale. La lutte contre la fraude et la contrebande constitue une activité à forte valeur ajoutée du plan d’action opérationnel de la Direction générale des douanes dans sa quête de mobilisation des ressources publiques et de protection de l’espace économique national».

Juste après la signature des documents, le Directeur sous régional pour les pays de l’UEMOA, Alastair Jamieson, a remis au Directeur général des douanes les clés d’un véhicule 4X4 tout terrain neuf. Le récipiendaire a promis de l’utiliser à bon escient.

Youssouf CAMARA

19 Août 2008